Blue Jasmine

Synopsis :

Alors qu’elle voit sa vie voler en éclat et son mariage avec Hal (Alec Baldwin), un homme d’affaire fortuné, battre sérieusement de l’aile, Jasmine (Cate Blanchett) quitte son New York raffiné et mondain pour San Francisco et s’installe dans le modeste appartement de sa soeur Ginger (Sally Hawkins) afin de remettre de l’ordre dans sa vie.

Cate Blanchett

Le saviez-vous ? :

  • Woody Allen a présenté ce film en avant-première au 39ème Festival du Cinéma Américain de Deauville en hors-compétition.
  • Cate Blanchett a remporté le Golden Globe et l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle.

Ma critique :

Woody Allen nous a toujours habitué aux hauts et aux bas durant toute sa très longue carrière ; certains films sont très réussis dont celui-ci qui m’a beaucoup plu ! Il revient aux fondamentaux de son cinéma en écrivant des personnages torturés, des relations humaines et une satire de haute volée où il n’hésite pas à égratigner la finance, l’adultère ou encore l’opportunisme ; toutes ces formes de tromperies pourrissent les rapports humains… Ici, l’héroïne est finalement très antipathique, cette femme psychologiquement fragile, en détresse émotionnelle et en dépression est avant tout une femme superficielle et matérialiste, pourrie gâtée qui se morfond simplement parce qu’elle perd son statut social. Je trouve qu’il mêle d’une manière absolument remarquable légèreté et gravité.

Cate Blanchett & Alec Baldwin

Cate Blanchett a trouvé un de ses meilleurs rôles au cinéma et mérite amplement son deuxième Oscar, elle parvient à nous faire passer dans le même plan, par exemple, juste par une expression le désespoir et l’arrogance mêlée. Du grand art. Le reste du casting est tout aussi parfait avec l’excellente Sally Hawkins dans le rôle de sa soeur qui a des rapports conflictuels avec Jasmine tandis qu’Alec Baldwin est très bon. Notons également le génial Peter Sarsgaard dans un second rôle intéressant.

La fin (dont je n’en dirai rien) peut paraître brutale, mais quand on y réfléchit, elle est assez imparable et j’ose le dire… juste ! Le film offre d’authentiques scènes d’humour, bénéficiant de la finesse d’écriture de Woody Allen pour offrir de superbes dialogues et des situations décalées. La noirceur y est de tout les plans, qui plus est, la méthode non linéaire qui recourt à de multiples flashbacks accentue la sensation de trouble et d’égarements.. Personnellement, je trouve la morale intéressante et pleine d’ironie sur la notion de réussite.

Pour conclure, « Blue Jasmine » est une peinture très réaliste et sans caricature des différences sociales, servie par des dialogues croustillants, une mise en scène inspirée et une Cate Blanchett exceptionnelle !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s