La Vie invisible d’Euridice Gusmão

Synopsis :

Rio de Janeiro, 1950. Euridice (Carol Duarte), 18 ans, et Guida (Julia Stockler), 20 ans, sont deux soeurs inséparables. Elles vivent chez leurs parents et rêvent, l’une d’une carrière de pianiste, l’autre du grand amour. A cause de leur père, les deux soeurs vont devoir construire leurs vies l’une sans l’autre. Séparées, elles prendront en main leur destin, sans jamais renoncer à se retrouver.

Carol Duarte

Le saviez-vous ? :

  • Karim Aïnouz s’est inspiré du roman éponyme de Martha Batalha, paru en 2015, pour l’écriture de ce film.
  • Il a reçu le prix « Un Certain Regard » au Festival de Cannes 2019.

Ma critique :

Il y a certains films qui passent inaperçu et c’est bien dommage car ils méritent plus de succès auprès du grand public ; c’est le cas avec ce long-métrage brésilien auquel j’ai eu un gros coup de coeur dont je vous le recommande chaudement mais préparez vos mouchoirs ! Je ne m’attendais pas à ce que le résultat soit tellement beau et fort et surtout, le film nous emporte dans son tourbillon romanesque et nous hypnotise pendant 2h20. Déjà, l’histoire nous déchire le coeur et entremêle habilement l’Histoire et le système familial ainsi que le patriarcat que le cinéaste dénonce et il réussit avec beaucoup d’intelligence et de finesse à questionner ce qui fait vraiment une famille. J’ai été très touché et révolté de la condition des femmes au sein d’une société patriarcale qui leur refusait alors toute liberté.

Carol Duarte & Julia Stockler

Les deux jeunes actrices, Carol Duarte et Julia Stockler sont tout simplement éblouissantes tant elles arrivent d’une manière vraiment admirable deux soeurs séparées par le patriarcat avec une parfaite harmonie.

Autant le dire tout de suite, certaines scènes de sexe sont très crues et risquent de choquer certaines personnes mais elles témoignent de la femme-objet dans un monde en proie à la pression sociale et au sexisme… Quand à l’atmosphère, je la trouve humide et lourde en même temps dans laquelle s’ébattent deux jeunes sœurs brésiliennes qui cherchent, en vain, à s’échapper d’un modèle patriarcal étouffant. Oui, à la fin du générique, on est marqués par ce courage de ces soeurs séparées mais qui continuent de se battre jusqu’au bout.

Pour conclure, « La Vie invisible d’Euridice Gusmão » est un très grand mélo féministe qui alternant des moments joyeux, tristes et déchirants avec une force incroyable. A voir !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 18/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s