Une ode américaine

Synopsis :

J.D. Vance (Gabriel Basso), un ancien Marine originaire du sud de l’Ohio désormais étudiant en droit à Yale, est sur le point de décrocher le poste de ses rêves quand une affaire de famille l’oblige à retourner chez lui et à retrouver tout ce qu’il avait tant voulu quitter. J.D. doit alors gérer la dynamique complexe de sa famille des Appalaches, et son rapport explosif avec sa mère (Amy Adams) qui souffre d’addiction. Touché par les souvenirs de sa grand-mère (Glenn Close), la femme résiliente et redoutablement intelligente qui l’a élevé, J.D. comprend que ses origines lui serviront à construire son avenir.

Glenn Close & Amy Adams

Le saviez-vous ? :

  • Ron Howard acquiert en 2018 les droits de l’autobiographie « Hillbilly Elegy » de J.D.Vance.
  • Glenn Close a été nommée aux Golden Globes dans la catégorie « meilleure actrice dans un second rôle ».

Ma critique :

L’Amérique aime les histoires sombres comme celle-là et j’avoue que j’ai été pris de court par le résultat que j’ai trouvé vraiment désagréable à suivre.. J’ai trouvé que le film est très inégal, qu’il passe trop de temps sur les dernières années et passe sous silence les problèmes sociologiques comme l’histoire de la toxicomanie et des soucis de santé mentale dans la région.. Pendant 2h, il y a beaucoup de scènes tire-larmes qui sont amenées d’une manière maladroite donc on reste constamment en surface et Howard n’exploite pas tout à fait son potentiel pour réussir son film ! J’explique la raison : du début à la fin, ce n’est qu’une succession de scènes enchaînées, sans lien, qui cherchent vaguement à retracer une histoire familiale pourtant complexe.

Amy Adams & Gabriel Basso

Le vrai intérêt du film réside dans les performances assez remarquables d’Amy Adams et de Glenn Close qui portent sur les épaules tout le long-métrage ! A peine reconnaissables, elles proposent de vraies performances d’actrices de composition en se lâchant complètement et c’est ce qu’on appelle des rôles à Oscars.

Ron Howard aurait pu y apporter plus de personnalité car on ne retrouve pas du tout sa marque dans sa réalisation que je trouve pas du tout marquante.. Car, ce mélange entre drame familial et récit d’apprentissage est plutôt émouvant mais un peu maladroit dans sa construction narrative qui veut décrire une certaine Amérique profonde et la difficulté de s’extraire de son milieu d’origine. Pour moi, il a raté l’occasion de raconter l’histoire de la toxicomanie dont j’ai évoqué au-dessus donc il n’y a pas de regard profond pour que le spectateur puisse ressentir une vérité ou une émotion.. Puis, la façon dont le récit est construit avec ces allers-retours dans le temps n’aide pas forcément à cela…

Pour conclure, « Une ode américaine » est une chronique familiale très mal racontée auquel on a beaucoup de mal à s’identifier malgré de très bonnes performances d’actrices.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 11/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s