Sorry we missed you

Synopsis :

Ricky (Kris Hitchen), Abby (Debbie Honeywood) et leurs deux enfants (Rhys Stone & Katie Proctor) vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison. C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…

Kris Hitchen & Katie Proctor

Le saviez-vous ? :

  • Le réalisateur Ken Loach et son fidèle scénariste Paul Laverty ont travaillé plus d’une quinzaine de fois ensemble pour l’écriture d’un film.
  • Le film a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2019 mais il est reparti bredouille du palmarès.

Ma critique :

A plus de 80 ans, Ken Loach a toujours des choses à raconter et chaque cinéphile savent la colère de ce cinéaste ; et ici, il dénonce les dérives de l’ubérisation et ses ravages qu’elles peuvent causer sur la vie d’une famille ! Comme à son habitude, il signe un film social sur les dérives du capitalisme. Dans ce film, la situation décrite est intéressante où on suit une famille qui va être frappée de plein fouet par le libéralisme et notamment les drames que cela engendre sur chaque membre car aucun d’entre eux ne sera épargné.. Dans notre société, on remarque que l’ubérisation semble devenir une norme économique et que cette transformation des rapports de travail impacte les ouvriers d’une extrême précarité mais également fragiliser l’équilibre de ces familles et je dois dire qu’on stresse pour les Turner ; plus ils se débattent et plus ils s’enfoncent à notre grand désespoir…

Rhys Stone & Debbie Honeywood

Le gros point fort de Ken Loach est de trouver à chaque fois des acteurs non-professionnels pour bien illustrer le propos ! Chaque acteur qui incarne un membre de la famille est tellement criant de vérité à commencer par le père brillamment interprété par le comédien britannique Kris Hitchen où on sent son désespoir, son désarroi et sa colère..

Toujours en grande forme pour raconter des histoires, Loach dit d’une manière toujours aussi claire comment ces nouvelles formes de travail deviennent plus que jamais destructrices pour les hommes et femmes d’aujourd’hui, puis tout s’effondre, et on est pris dedans, on s’effondre avec cette famille qui s’enfoncent dans une situation de plus en plus précaire.. A mon avis, ce film montre d’une manière directe comment la crise économique de 2008 a réellement fait des dégâts et cela a brisé des vies ! A noter qu’il ne s’agit pas d’une oeuvre plaisante puisque le but de ce réalisateur engagé est de nous scandaliser et donc de nous énerver face à cette situation…

Pour conclure, « Sorry we missed you » est une oeuvre politique sans pitié, très réaliste sur l’ubérisation du marché du travail, racontée avec beaucoup de rage.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s