Rien à déclarer

Synopsis :

1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un belge, l’autre français, apprennent la disparition prochaine de leur poste frontière situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique.
Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge.
Son collègue français, Mathias Ducatel (Dany Boon), considéré par Ruben comme son ennemi de toujours, est secrètement amoureux de sa soeur (Julie Bernard). Il surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandevoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales.

Benoît Poelvoorde & Dany Boon

Le saviez-vous ? :

  • Avec plus de 8 millions de spectateurs, la troisième comédie de Dany Boon est le deuxième plus gros succès de la carrière de l’acteur/réalisateur.
  • Le film marque la huitième collaboration entre les acteurs belges Benoît Poelvoorde et Bouli Lanners.
  • Il est sorti le 26 janvier 2011 (soit une semaine avant la date officielle), dans le Nord de la France et en Belgique, en hommage aux origines des deux acteurs principaux.

Ma critique :

Ce n’est pas facile de faire un film après un énorme succès tel que « Bienvenue chez les Ch’tis », évidemment ce film ne redéfinira pas la comédie, et d’ailleurs comment pourrait-on redéfinir le genre, qui à mon avis a été vu et revu sous toutes ses formes ? Il ne fallait pas s’attendre au même succès que son prédécesseur mais on passe quand même un bon moment. Fondé sur le racisme ainsi que l’intolérance, le film se révèle profondément humain, sur le contexte de la découverte de l’autre, qu’il n’est pas celui qu’on nous exposait sur le bourrage de crâne de deux peuples sur l’un et sur l’autre mais il y a quelques lourdeurs à mon sens.. Pour ma part, je dirais que le résultat n’est ni mauvais ni excellent, il se montre assez amusant pour ne pas que l’on tombe dans l’ennuie et la somnolence.

François Damiens & Karin Viard

Qui d’autre que Benoît Poelvoorde aurait pu incarner ce douanier belge autoritaire, colérique et raciste ? Un rôle spécialement écrit pour l’acteur par Dany Boon et qui permet de retrouver le genre de personnage que Poelvoorde incarne à la perfection. Un rôle qui permet au comédien de se lâcher. A côté, Dany Boon paraît plus en retrait dans le rôle du douanier français mais l’opposition entre les deux acteurs fonctionne à merveille.  Les seconds rôles sont excellents (mention spéciale à Karin Viard et à François Damiens, irrésistibles en cafetiers) et Laurent Gamelon en malfrat à la tête d’une bande est à mourir de rire.

On regrette que certaines blagues ne soient pas vraiment très drôles, mais certaines font mouche grâce à une bonne idée de base plaisante même si le scénario peut ressembler sur quelques points au précédent film de Dany Boon. Il y a une pointe de méchanceté qui surgit de temps à autres dans les dialogues, mais le côté « bon enfant » de la part du cinéaste nous font dire qu’il ne fait pas en aucun cas preuve de racisme primaire et on rigole assez de la haine anti-française de Ruben qui est tellement excessive qu’elle en devient étrangement surréaliste et son amour pour la Belgique s’avère être décalée.

Pour conclure, « Rien à déclarer » est une assez bonne comédie amusante malgré quelques gags lourds mais la bonne humeur est au rendez-vous grâce aux bons numéros d’acteurs.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 13/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s