Les Adieux à la reine

Synopsis :

En 1789, à l’aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l’insouciance et la désinvolture, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s’enfuient… Mais Sidonie Laborde (Léa Seydoux), jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu’elle entend. Protégée par Marie-Antoinette (Diane Kruger), rien ne peut lui arriver. Elle ignore que ce sont les trois derniers jours qu’elle vit à ses côtés.

Léa Seydoux

Le saviez-vous ? :

  • Le réalisateur Benoît Jacquot adapte un roman éponyme de Chantal Thomas qui est une chronique de la vie de cour au château de Versailles entre le 15 et le 18 juillet 1789.
  • Il a été présenté en ouverture de la Berlinale 2012.
  • Le film a remporté trois Césars en 2013 : ceux des meilleurs décors, des meilleurs costumes et de la meilleure photographie.

Ma critique :

La caméra de Jacquot entre dans le château de Versailles pour ne plus le quitter et c’est à travers les yeux de Sidonie Laborde, lectrice de la reine Marie-Antoinette, que nous, spectateurs, suivons les événements de la Révolution. Avant tout, on se rend compte qu’on est bien loin des superproductions historiques puisque le cinéaste propose un raccourci de l’histoire.. Contrairement à Coppola qui s’était intéressée à l’ambiance festive ; ici, ce sont les gens de la demeure royale qui intéressent plus particulièrement le réalisateur qui les filme magnifiquement avec sa sublime mise en scène, il nous montre Versailles via à des scènes intimistes à d’autres ayant plus d’envergures.. A travers le regard de la lectrice dévouée, on perçoit parfaitement le basculement de ce monde machiavélique et impitoyable et on découvre également les conditions de vie au château et les amitiés-amoureuses féminines de la reine.

Virginie Ledoyen & Diane Kruger

Qu’on aime ou pas Léa Seydoux, il faut reconnaître qu’elle a beaucoup de talent et elle tient le film sur ses épaules avec une performance remarquable et très sensible dans le rôle de la lectrice. Diane Kruger est bluffante dans la peau de Marie-Antoinette qui est à la fois cruelle, superficielle, égocentrique et parfois carrément sans cœur et en même temps touchante en femme isolée dans un palais au milieu de gens qui la méprisent. De son côté, Virginie Ledoyen livre une performance impeccable dans le rôle de Gabrielle de Polignac et notons une belle brochette de seconds rôles à commencer par Noémie Lvosky et Xavier Beauvois.

Si le propos historique du film se révèle secondaire, le traitement des personnages et notre point de vue sur eux est assez magistral car on est témoins d’une chute annoncée. L’autre point fort du film est sans aucun doute le rapport à l’information en ces temps où il était bien difficile de faire la part des choses entre vérités et rumeurs. On assiste à une population qui vit dans le flou total de ce qui se passe à quelques kilomètres à peine et je reconnais qu’on est plongés dans cet état d’esprit.. Oui, il n’y a pas besoin de voir les émeutes en dehors pour comprendre et ressentir la violence et l’agitation de la révolution qui s’annonce ! D’ailleurs, on ne voit d’ailleurs que quelques images assez maigres et suggérées vers les dernières minutes du final.

Pour conclure, « Les Adieux à la reine » est une belle oeuvre avec beaucoup de soin dans son scénario, sa mise en scène et sa distribution d’acteurs.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s