Gueule d’ange

Synopsis :

Une jeune femme (Marion Cotillard) vit seule avec sa fille de huit ans (Ayline Aksoy-Etaix). Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.

Marion Cotillard

Le saviez-vous ? :

  • C’est le premier long-métrage de la réalisatrice Vanessa Filho qui avait réalisé des clips musicaux et des moyens métrages dans le passé.
  • Il a été présenté au Festival de Cannes 2018 dans la section « Un certain regard » où il était en compétition pour la Caméra d’Or.

Ma critique :

Dès le départ, je sens que le thème du film n’est pas celui auquel je pense en me remémorant la bande annonce et dans mes souvenirs, c’est un film qui met vraiment mal à l’aise avec cette histoire à la dérive de cette petite fille abandonnée et livrée à elle-même et qui montre les conséquences désastreuses du comportement dépendant d’un ou des parents. Ce premier film secoue assez par son sujet vraiment dur, mais hélas, malheureusement actuel dans notre société.. La caméra de Vanessa Filho se place à hauteur de l’enfant, comme une manière de capter l’émerveillement et une certaine beauté dans le chaos qu’offrent le monde et la société. Le film pose également des questions essentielles telles : « Se souvient-on de son regard d’enfant lorsqu’on est devenu un adulte ?

Alban Lenoir & Ayline Aksoy-Etaix

Marion Cotillard prouve qu’elle est une immense actrice et avec ce film, elle nous offre une nouvelle palette de son jeu et brille dans le le pathétique de son personnage : à contre-courant, elle est constamment sur le fil entre surjeu et justesse, entre excès et sincérité, fan de télé-réalité. La révélation de ce film est sans aucun doute la petite Ayline Aksoy-Etaix qui a une présence époustouflante et compose d’un registre assez ambigu : au-delà de la froideur, elle communique par ce regard évocateur, regard désespéré et émerveillé par la vie. De son côté, Alban Lenoir se révèle très convaincant dans son rôle qui prendra la petite sous son aile.

 C’est vrai que le film ne cherche pas à être aimable ni à esquiver le sujet de l’alcoolisme juvénile, ce qui est courageux, mais son traitement est un peu embarrassant.. Malgré des qualités que je lui trouve, je ne peux pas m’empêcher de lui trouver des maladresses comme quelques scènes assez maladroite, le scénario manque d’explorer de manière plus approfondie le rapport de cette mère à sa fille tandis que les autres personnages sont vraiment antipathiques.. Pour ma part, je note qu’aucun adulte n’est montré sous un bon jour au point que leur irresponsabilité tant tous ces protagonistes se retrouvent dans la même situation qu’au départ sans même avoir évolué sur le plan psychologique.

Pour conclure, « Gueule d’ange » est un premier film assez saisissant par son sujet avec des bonnes idées de mise en scène malgré quelques maladresses dans l’écriture..

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 13/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s