Ce qui nous lie

Synopsis :

Jean (Pio Marmaï) a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette (Ana Girardot), et son frère, Jérémie (François Civil). Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.

François Civil, Pio Marmaï & Ana Girardot

Le saviez-vous ? :

  • Pour ce film, Cédric Klapisch avait pensé à appeler son film avec différents titres : « Le Vin », puis « 30 printemps » et « Le Vin et le vent ».
  • Le cinéaste avait récemment travaillé avec François Civil dans l’excellente série « Dix pour cent ».

Ma critique :

Klapisch reflète des problématiques auxquelles ces trois personnages principaux sont confrontés correspondent à cette étape de vie : le couple, le vieillissement, le regard sur l’enfance, les ranconeurs et la solidarité dans la fratrie.. Le scénario se base sur la nostalgie et l’émotion apporte une poésie naïve dans lequel on assiste. Le ton y est dramatique et le rythme, posé, sont en phase avec le cycle des saisons. Quelques touches d’humour assez rafraîchissantes et amènent de la légèreté ! C’est à travers ses personnages qu’il transmet une certaine émotion où il est question de la transmission, que ce soit des biens ou de la pensées, et du passage à un vrai âge adulte, à l’heure où il faut réellement faire des choix. Cette interrogation constante qui nous occupe tous sur les choix de vie est brillamment amenée !

Pio Marmaï & François Civil

Nous avons ici un trio d’acteurs vraiment fabuleux : Pio Marmaï est un très bon acteur, qui nous le prouve encore ici, en interprétant avec finesse un personnage torturé par son passé, en revenant à ses racines. François Civil s’avère à contre-emploi, se débrouille bien dans la peau du frère voulant s’imposer au sein de la famille tandis que la belle Ana Girardot est toujours aussi très juste dans ce registre.

Ce film est vraiment bien documenté puisqu’on apprend avec délectation les techniques qui entourent le métier de vigneron. Et Klapisch est si pédagogue qu’il réussit à nous faire comprendre sans difficulté les rouages économiques et affectifs qui traversent le milieu du vin. Le film est plein de bons sentiments, et jongle entre les scènes comiques et d’autres plus mélo mais il a le mérite de ne jamais sortir les violons pour nous faire chialer, et ne sombre pas dans le pathos facile. Le film parle aussi de vin mais pour les néophytes comme moi, ça m’a parlé aussi et je note cette relation très touchante entre ces frères et sœurs, que l’on aimerait tous connaitre nous-mêmes.

Pour conclure, « Ce qui nous lie » est un excellent film français généreux avec beaucoup de douceur sur la force de la fratrie.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s