Boyhood

Synopsis :

Chaque année, durant 12 ans, le réalisateur Richard Linklater a réuni les mêmes comédiens pour un film unique sur la famille et le temps qui passe. On y suit le jeune Mason (Ellar Coltrane) de l’âge de six ans jusqu’ à sa majorité, vivant avec sa sœur (Lorelei Linklater) et sa mère (Patricia Arquette), séparée de son père (Ethan Hawke). Les déménagements, les amis, les rentrées des classes, les premiers émois, les petits riens et les grandes décisions qui rythment sa jeunesse et le préparent à devenir adulte…

Ellar Coltrane

Le saviez-vous ? :

  • Pour ce film, le réalisateur Richard Linklater a tourné dans des conditions particulières : sur une période de douze ans, il a fait appel à la même distribution d’acteurs et la même équipe technique. Une expérience visant à suivre l’évolution des personnages. Cela a commencé en 2002 et le tournage a pris fin en 2014.
  • Il a remporté l’Ours d’argent du Meilleur réalisateur à la Berlinale de 2014.
  • Patricia Arquette a remporté l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Ma critique :

Ce n’est pas seulement un film sur l’enfance, mais c’est un film sur la vie, l’amour, l’amitié et une vague d’optimisme dans laquelle nous sommes emportés. Boyhood essaie de capter le mieux possible ce qui peut se passer dans la tête d’un enfant à l’age ou il s’affirme en tant qu’individu après des événements décisifs dans la vie d’un jeune comme le divorce, le changement d’écoles, le déménagement, tout ces événements semblent donner un aspect paresseux au scénario mais ont un véritable sens sur le personnage principal de plus que le film n’a jamais eu une trame précise.

Patricia Arquette

Les quatre acteurs principaux sont tout simplement grandioses : Ellar Coltrane (Mason), Ethan Hawke et Patricia Arquette (les parents divorcés de Mason) et Lorelei Linklater (Samantha la grande sœur de Mason). La présence de la fille du réalisateur est l’un des éléments importants du film. La mère, incarnée par Arquette, est bouleversante et l’actrice mérite amplement toutes ses récompenses à sa performance.

Si le réalisateur parle de l’enfance de son personnage, ce qui frappe à l’écran, c’est le vieillissement de ses parents, qui transforme le film en propos sur la mort. C’est plein de tendresse, de lucidité et de mélancolie, c’est touchant et réussi, bien au delà de la curiosité de son dispositif. On se pose cette question : « Qu’est ce que ça signifie grandir ? » C’est la question à laquelle Linklater répond avec une audace et une sincérité jamais vue dans le cinéma américain.

Pour conclure, « Boyhood » est une oeuvre grandiose pleine de grâce et de tendresse qui s’inscrit directement parmi les meilleurs films du siècle, avec des acteurs d’une parfaite justesse. Un très grand film !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 19/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s