Été 85

Synopsis :

L’été de ses 16 ans, Alexis (Félix Lefebvre), lors d’une sortie en mer sur la côte normande, est sauvé héroïquement du naufrage par David (Benjamin Voisin), 18 ans. Alexis vient de rencontrer l’ami de ses rêves. Mais le rêve durera-t-il plus qu’un été ? L’été 85…

Benjamin Voisin & Félix Lefebvre

Le saviez-vous ? :

  • Pour son 19ème long-métrage, François Ozon s’est librement inspiré du roman d’Aidan Chambers, « La danse du coucou » paru en 1985.
  • Le film fait partie de la Sélection officielle Cannes 2020 où Ozon est un habitué.
  • Le réalisateur retrouve également deux de ses acteurs fétiches de sa filmographie : Valeria Bruni-Tedeschi et Melvil Poupaud.

Ma critique :

François Ozon nous plonge dans les années 1980 autour d’une histoire d’amour entre deux adolescents où l’homosexualité n’est pas traitée comme un problème. Pour moi, c’est un gros coup de coeur qui m’a absolument bouleversé et transporté dans cette ambiance solaire, sensuelle mais également ponctuée d’une noirceur inattendue. Tout au long du film, qui rappelle de temps à autre l’esprit du magnifique Call Me By Your Name mais on se rend compte que le film va virer sur autre chose qui est très réussi ! Tout est admirablement construit par une mise en scène intelligente et une structuration des éléments de narration assez brillante pour accompagner le propos ; je trouve que c’est très fort de jouer avec les flashbacks pour s’attarder pleinement sur la psychologie des personnages ainsi que le suspense qui monte (on sent pleinement que quelque chose de grave s’est passé dès la scène d’introduction).

Félix Lefebvre & Benjamin Voisin

L’alchimie entre les deux révélations de cette année est une évidence : Félix Lefebvre est d’une fragilité incroyable pour un jeune adolescent de son âge et il est capable de nous transmettre des émotions à nous donner la chair de poule mais je tiens à dire chapeau à Benjamin Voisin qui est un personnage complètement ambigu, séduisant et qui fascine par sa carrure, sa corpulence et sa coupe très 80’s. Il n’y a pas de doute qu’on entendra encore parler de ces deux futurs grands acteurs dans les années à venir. Quand aux seconds rôles, ils ne sont pas du tout inutiles et apportent quelque chose à l’histoire : Valeria Bruni-Tedeschi et Isabelle Nanty apportent beaucoup de sensibilité pour l’une et l’extravagance pour incarner les mamans de nos deux jeunes garçons et trouvent toutes les deux des rôles à contre-emploi et Melvil Poupaud est excellent comme à son habitude malgré sa métamorphose.

Qu’est-ce que le premier grand amour ? Vous le sauvez en découvrant le film qui nous rappelle cette époque où nous avons tous connu de multiples sentiments : les battements de coeur, la rage, la fureur et la vitesse à laquelle nos sentiments se développent.. Comme toujours chez Ozon, qui prend un malin plaisir à brouiller les pistes, tout est magnifiquement écrit et filmé (mention spéciale à une des plus belles scènes de boîte de nuit que j’ai vu au cinéma) mais le film offre également une réflexion autour de la mort et du désir, de l’idéal amoureux, de la confusion des sentiments et ses limites. Ce film est puissant et vous tient en haleine de bout en bout et ne laisse pas indifférent.

Pour conclure, « Été 85 » est un film magnifique où les sentiments nous subjuguent, nous grandissent avec une mise en scène extraordinaire et des sublimes acteurs. A voir absolument !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 19/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s