Capharnaüm

Synopsis :

À l’intérieur d’un tribunal, Zain (Zain Alrafeea), un garçon de 12 ans, est présenté devant le juge. À la question :  » Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? « , Zain lui répond :  » Pour m’avoir donné la vie ! « . Capharnaüm retrace l’incroyable parcours de cet enfant en quête d’identité et qui se rebelle contre la vie qu’on cherche à lui imposer.

Le saviez-vous ? :

  • Le film a remporté le Prix du Jury au Festival de Cannes 2018 où il a bouleversé toute la Croisette.
  • Tous les acteurs du film sont des gens dont la vie réelle ressemble à celle de la fiction.

Ma critique :

Dans sa définition, « Capharnaüm » est un lieu qui renferme beaucoup de choses en désordre. Dans les rues de Beyrouth, les bidonvilles s’entassent dans la misère et des milliers d’enfants souffrent, livrés à eux-mêmes. Tout le monde joue alors à peu près son propre rôle. Nadine Labaki est très forte puisque la grande force du film tient dans sa manière de filmer le petit Zain : jamais il n’est montré comme victime. Et cela, et par identification du spectateur avec le protagoniste, le film ne tombe jamais dans le pathos ou dans le misérabilisme. On souffre pour les personnages, on les plaint, on les comprend et on les aime (surtout Zain). De plus, le film évoque un tas de sujets, de manière toujours subtile, non pas pour apitoyer le spectateur mais pour décrire une réalité sordide : celle de milliers d’enfants d’aujourd’hui dans le monde.

On est en immédiat en empathie avec ce héros malgré lui qui affronte toute cette violence avec courage et détermination. L’acteur débutant Zain Alrafeea est tout simplement stupéfiant d’authenticité et de spontanéité. On est obligés de l’aimer, et sa gueule d’ange me bouleverse toujours autant. Ses parents prêts à vendre leur fille pour quelques poules puis cette sans-papiers éthiopienne et son très jeune fils, âgé seulement d’un an, qui en appelle à nos émotions les plus primitives de peur, d’anxiété et de stress dès qu’il apparaît à l’écran.

La réalisatrice frappe très fort en abordant plusieurs tabous : les mariages arrangés de petites filles avec des adultes, la pédophilie, le trafic d’êtres humains, les migrants sans papiers réduits à l’esclavagisme, menacés d’expulsion, la maltraitance domestique, une société patriarcale et répressive qui engendre des monstres : tout cela avec une justesse époustouflante et un réalisme quasi documentaire. La question de l’enfance maltraitée revient régulièrement dans le film, comme un rouge qui entache chaque personnage. En revanche, je mets un pétit bémol sur la musique du film qui est, à mon sens, trop accentuée…

Pour conclure, « Capharnaüm » est un film incroyablement émouvant, au propos brûlant d’une justesse incroyable. Indispensable !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s