Brooklyn Affairs

Synopsis :

New York dans les années 1950. Lionel Essrog (Edward Norton), détective privé souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette, enquête sur le meurtre de son mentor et unique ami Frank Minna (Bruce Willis). Grâce aux rares indices en sa possession et à son esprit obsessionnel, il découvre des secrets dont la révélation pourrait avoir des conséquences sur la ville de New York… Des clubs de jazz de Harlem aux taudis de Brooklyn, jusqu’aux quartiers chics de Manhattan, Lionel devra affronter l’homme le plus redoutable de la ville pour sauver l’honneur de son ami disparu. Et peut-être aussi la femme (Gugu Mbatha-Raw) qui lui assurera son salut…

Edward Norton

Le saviez-vous ? :

  • Le scénario est basé sur le roman Les Orphelins de Brooklyn (Motherless Brooklyn) de Jonathan Lethem publié en 1999.
  • Avec ce film, l’acteur Edward Norton passe pour la seconde fois derrière la caméra 19 ans après la comédie romantique « Au nom d’Anna » sorti en 2000.

Ma critique :

Si l’action se déroule à New York dans les années 50 et qu’on pouvait craindre un scénario très classique dont nous avons l’habitude d’en voir depuis tant d’années ; ici, le résultat est bel et bien différent ! La vraie particularité de ce film policier est que le héros souffre du syndrome de Gilles de la Tourette le mettant souvent dans des situations compliquées ou cocasses lors de ses contacts avec les autres. De plus, dans ce film, on remarque que ces personnages ui pourraient être des stéréotypes sont remarquables ! C’est également  une oeuvre profonde et intelligente sur le pouvoir, l’Amérique et la manière dont elle s’est construite mais il faut savoir que le film n’est pas politique ; il aborde la politique. Dans une intrigue complexe, on découvre finalement un dénouement assez simple et loin des enjeux qu’on imaginait.

Alec Baldwin & Edward Norton

Le casting est impeccable : Alec Baldwin, Gugu Mbatha-Raw, Bruce Willis, Willem Dafoe sont impeccables. Mais c’est évidemment Edward Norton qui crève l’écran (une fois de plus), cette fois-ci dans le rôle d’un détective atteint du syndrome Gilles de la Tourette (un rôle lui permettant de montrant l’étendue de son talent).

Dans cette belle reconstitution d’un New York d’après guerre avec une mise en scène soignée, Edward Norton permet aux spectateurs de s’immerger dans son histoire et de s’attacher aux différents personnages qui la peuplent. J’avoue qu’il manque peut-être aussi quelques affrontements plus musclés, un interrogatoire intense ou quelques choses dans le genre pour vraiment parfaire l’ensemble. Pour ma part, ces petits bémols ne gâchent cependant pas les révélations finales qui clôturent le film avec beaucoup d’élégance. La photographie est elle aussi, très réussie. La bande originale colle parfaitement à l’ambiance du film.

Pour conclure, « Brooklyn Affairs » est un polar haletant à l’ancienne aux images somptueuses où le casting cinq étoiles contribue à sa réussite.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s