The Immigrant

Synopsis :

1921. Ewa (Marion Cotillard) et sa sœur Magda quittent leur Pologne natale pour la terre promise, New York. Arrivées à Ellis Island, Magda, atteinte de tuberculose, est placée en quarantaine. Ewa, seule et désemparée, tombe dans les filets de Bruno (Joaquin Phoenix), un souteneur sans scrupules. Pour sauver sa sœur, elle est prête à tous les sacrifices et se livre, résignée, à la prostitution. L’arrivée d’Orlando (Jeremy Renner), illusionniste et cousin de Bruno, lui redonne confiance et l’espoir de jours meilleurs. Mais c’est sans compter sur la jalousie de Bruno…

Joaquin Phoenix & Marion Cotillard

Le saviez-vous ? :

  • Le film était en compétition officielle pour l’édition 2013 du Festival de Cannes où le réalisateur James Gray a signé sa quatrième sélection.
  • Il s’agit du premier film en langue anglaise où la Française Marion Cotillard tient le rôle principal.
  • C’est la quatrième collaboration entre le réalisateur James Gray et l’acteur oscarisé Joaquin Phoenix.

Ma critique :

James Gray, l’un des cinéastes les plus doués de sa génération, nous prouve une nouvelle fois l’étendue de son talent avec ce très beau film ; ici, il s’attaque au rêve américain dans les années 20. Si certains émettent quelques réserves sur le film, je salue vraiment la sobriété du cinéaste , qui ne cherche pas à faire de grandes scènes mais il tient à construire progressivement son scénario, tout comme il parvient à mettre sa mise en scène brillante au service du récit et de l’émotion intense qui s’en dégage ! Bon, l’ensemble est très classique et un peu froid mais cela n’enlève pas au charme.

Marion Cotillard

Marion Cotillard dans son rôle d’immigrante est d’ailleurs à couper le souffle et avec son rôle d’Ewa signe une de ses meilleures prestations. Si Jeremy Renner est très intéressant et charmant dans le rôle du prestidigitateur, Joaquin Phoenix est une fois de plus remarquable dans son rôle très difficile à cerner.

Ce n’est pas pour moi une œuvre incontournable mais elle mérite clairement d’être vue, tant certaines scènes sont d’une simplicité d’élégance. Sur le plan visuel,  c’est vraiment une splendeur pour les yeux avec ses plans, sa lumière et ses couleurs : quel régal ! Sans manichéisme, James Gray dévoile peu à peu l’âme véritable des personnages, dans la plus pure tradition du mélodrame mais il y a surtout un point qui est assez regrettable : si le scénario est très bon dans son déroulement, il ne développe pas ses autres personnages qui paraissent être seulement effleurés et l’on regrette qu’un traitement plus approfondi ne leur ai pas été accordé.

Pour conclure, « The Immigrant » possède quelques maladresses regrettables mais la beauté de sa mise en scène et la performance de Marion Cotillard l’emportent.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s