Happy End

Synopsis :

Les Laurent sont une famille de la grande bourgeoisie de Calais ayant fait fortune dans les travaux publics. Anne (Isabelle Huppert) dirige l’entreprise familiale. Son frère cadet Thomas (Mathieu Kassovitz), médecin, vient d’avoir un bébé avec sa nouvelle épouse. Dans la vaste demeure familiale vivent aussi le vieux Georges (Jean-Louis Trintignant), père d’Anne et de Thomas, et le fils unique d’Anne, Pierre (Franz Rogowski), héritier putatif de l’entreprise. La fille de Thomas, Ève (Fantine Harduin), adolescente, les rejoint bientôt, à cause de l’hospitalisation de sa mère, ex-femme de Thomas, avec qui elle habitait.

Fantine Harduin, Jean-Louis Trintignant, Isabelle Huppert, Toby Jones & Mathieu Kassovitz

Le saviez-vous ? :

  • Pour son nouveau film, le cinéaste autrichien Michael Haneke l’a présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2017 et était en lice pour une troisième Palme d’Or.
  • Le film marque les retrouvailles entre les acteurs Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert qui se donnent une nouvelle fois la réplique en tant que père/fille (ce qui était le cas pour le précédent film du cinéaste qui les retrouve une nouvelle fois : Amour

Ma critique :

Le cinéma du réalisateur autrichien Haneke fait l’unanimité soit il divise ; ici, avec ce film, il se range du deuxième côté tant il a énormément divisé ; personnellement, je fais partie de ceux qui l’ont beaucoup aimé ! Lorsque le film prend fin, on se dit que le film est vide. Certes, vide mais fascinant ! Quelques moments dans la vie d’une famille bourgeoise de province où l’on ne comprends pas les motivations des personnages et où l’on éprouve aucune empathie pour eux. Mais le film est beaucoup plus profond qu’il n’y paraît. Il est même plein de questions et de propos essentiels sur la famille, l’amour, la vieillesse, la mort. C’est sec et froid, mais aussi émouvant et poignant, parfois dérangeant et sous un calme apparent, c’est bouillonnant, oscillant entre  le drame, l’humour et une certaine perversité. Quand à la mise en scène, elle est à la limite de la virtuosité !

Fantine Harduin

Le plaisir est toujours présent lorsqu’on retrouve les habitués Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant où les cinéphiles verront des clins d’oeils à leurs précédents rôles dans les films de Haneke. Puis, il y a Mathieu Kassovitz qui joue le père complètement paumé (l’acteur trouve ici un rôle à contre-emploi) ! La jeune Fantine Harduin est d’une justesse assez bluffante pour son jeune âge en incarnant une jeune adolescente très perturbée et névrosée.

Dans ce sommet de cynisme, Haneke revisite quelques grands thèmes de sa filmographie, des blessures de l’enfance à l’angoisse de fin de vie. Avec des références à « La Pianiste », à « Caché » et à surtout à « Amour ». La scène finale est juste parfaite, glaçante, et dérangeante et condense en quelques minutes tous les enjeux dramatiques du film. Même si le début est vraiment bien, le format du téléphone portable m’a un peu épuisé lors de certaines séquences… En ce qui concerne l’histoire, le cinéaste a décidé cette fois de nous mettre mal à l’aise en étant très démonstratif, voire trop. La violence, longtemps souterraine, se montre davantage dans les dernières scènes, elle n’en reste pas moins comme tamisée.

Pour conclure, « Happy End » est un film fascinant, glaçant, perturbant et intense par sa mise en scène malgré quelques maladresses…

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s