Little Joe

Synopsis :

Alice (Emily Beecham), mère célibataire, est une phytogénéticienne chevronnée qui travaille pour une société spécialisée dans le développement de nouvelles espèces de plantes. Elle a conçu une fleur très particulière, rouge vermillon, remarquable tant pour sa beauté que pour son intérêt thérapeutique. En effet, si on la conserve à la bonne température, si on la nourrit correctement et si on lui parle régulièrement, la plante rend son propriétaire heureux. Alice va enfreindre le règlement intérieur de sa société en offrant une de ces fleurs à son fils adolescent, Joe (Kit Connor). Ensemble, ils vont la baptiser  » Little Joe « . Mais, à mesure que la plante grandit, Alice est saisie de doutes quant à sa création : peut-être que cette plante n’est finalement pas aussi inoffensive que ne le suggère son petit nom. 

Emily Beecham

Le saviez-vous ? :

  • Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2019, le film reçoit le prix d’interprétation féminine pour l’actrice Emily Beecham.
  • C’est le premier long-métrage américain de la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner.

Ma critique :

Un film de science-fiction à Cannes ; ce qui n’est pas commun en compétition! Une plante qui rend heureux mais pas seulement ; c’est une plante qui va dire énormément de choses, tout d’abord, elle va parler de l’amour possessif, génétique, de la biologie etc.. Sur la thématique, c’était très intéressant que le film aborde le thème de la maternité d’un point de vue assez inédit au cinéma : celui de la possessivité et d’un autre : du traitement. Honnêtement, c’est une énorme déception que nous livre la réalisatrice! Elle avait tous les éléments pour faire un excellent film : un travail sur la couleur, la mise en scène mais il n’y a jamais d’explosions. Ce choix de ne jamais vouloir prendre une direction tranchée dans l’évolution de l’intrigue et de jouer et dérouler toute l’ambiguïté sur l’origine inoffensive ou non de la fleur est bon mais l’ennui est très présent

Emily Beecham & Ben Whishaw

Plus étrange encore, le fait que le jury de cette édition ait décerné le prix d’interprétation à Emily Beecham pour ce film. L’actrice est bonne mais on est très loin des performances mémorables et il y avait une grosse concurrence à côté comme le duo Adèle Haenel/Noémie Merlant pour Portrait de la jeune fille en feu ou encore Virginie Efira pour Sibyl. Certes, l’actrice joue un rôle ambigu mais elle est loin d’être renversante. Il va de même pour Ben Whishaw qui nous avait habitués à mieux..

C’est un film qui questionne sur le bonheur et faire réfléchir sur les manipulations scientifiques, auquel il manque cruellement d’émotions.. On reste trop sur la surface malheureusement. Quand à la musique, elle joue un rôle crucial dans la mise en place du climat global, qui est clairement angoissant mais le gros problème est qu’elle fait mal aux oreilles et apparaît totalement inappropriée. De plus, on se demande aussi pourquoi ce film s’est retrouvé en compétition officielle au dernier Festival de Cannes tant il n’a pas du tout sa place… Je n’ai pas réussi à comprendre où nous menait la réalisatrice avec son scénario qui est tout simplement incompréhensible !

Pour conclure, « Little Joe » est un film qui distille un sentiment de malaise entre horreur et fantastique mais le rythme est très lent et reste difficile à comprendre..

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 6/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s