Moi, Daniel Blake

Synopsis :

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake (Dave Johns), un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie (Hayley Squires), mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…

Hayley Squires & Dave Johns

Le saviez-vous ? :

  • Le film a obtenu la Palme d’Or au Festival de Cannes 2016 ; soit dix ans après sa première Palme pour Ken Loach avec « Le Vent se lève ».

Ma critique :

La rencontre de ces deux personnages donne une formidable leçon d’humanité comme sait très bien le faire Ken Loach ! Sur la forme, le film est sobre, sans musique ou presque tandis que certaines scènes sont à la fois révoltantes et effrayantes. Mais le film n’est pas pessimiste ou misérabiliste, loin de là. Ces personnages sombrent dans une détresse absolue, mais essaient tout de même de s’en sortir ! Le réalisateur sait tellement bien retranscrire les injustices du monde et avec ce long-métrage, il dresse avec justesse le portrait d’une société totalement absurde et à la dérive, qui décide d’abandonner ses citoyens et pointe du doigt une administration bornée et sans compassion…

Dave Johns

Les acteurs jouent vraiment à la perfection leurs rôles de paumés (mentions spéciales à Dave Johns et Hayley Squires, absolument remarquables), victimes d’une administration qui a vraiment perdu son âme. La scène où elle craque dans la banque alimentaire est bouleversante.

La deuxième partie du film ne laissera personne indifférent et laisse donc une trace  dans le cœur des spectateurs. On se sent très souvent révolté et de plus en plus indigné au fil des minutes lorsque l’on comprend que l’être humain n’a plus sa place dans un cheminement administratif ! Oui, c’est un cri de désespoir qu’il faut voir pour analyser cette société où le cinéaste ne juge pas ses personnages et ne rentre jamais dans le stéréotypes, il est difficile de ne pas être touché par le dur quotidien de ces personnages dont les problèmes financiers les poussent à commettre des actes. Enfin, la réalisatrice sobre de Loach  est adéquat pour traiter un tel sujet et apporte le réalisme qu’il faut à son histoire.

Pour conclure, « Moi, Daniel Blake » est une oeuvre bouleversante et révoltante coup de poing où le résultat évite le cynisme du système britannique.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 18/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s