Bienvenue à Suburbicon

Synopsis :

Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues, l’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence… Bienvenue à Suburbicon.

Julianne Moore & Matt Damon

Le saviez-vous ? :

  • George Clooney adapte à l’écran un des scénarios des frères Coen qu’il avait reçu en 1999.
  • Dans ce film, l’actrice Julianne Moore incarne deux personnages, celui de Rose et de sa soeur jumelle.

Ma critique :

Sur un fond de ségrégation raciale dans l’Amérique des années soixante, Clooney signe une assez belle réalisation en mettant en scène une histoire machiavélique dont le ton monte crescendo tout au long du film. Je trouve qu’on retrouve parfaitement toute la touche cynique des frères Coen avec un humour très grinçant ! J’ai beaucoup aimé être plongée dans cette banlieue américaine aux apparences vraiment trompeuses et machiavéliques. Cependant, la première demi-heure traîne un peu et met beaucoup de temps à se mettre en place mais la suite est assez excitante à vrai dire. Ce que l’on retient du film est qu’il porteur d’un message politique fort puisqu’il nous rappelle que la bêtise et l’hypocrisie qui sévissait déjà l’Amérique dans les années 50 sont plus que jamais d’actualité aujourd’hui sous la présidence de Trump.

Noah Jupe

Au niveau du casting, on est plutôt gâtés ; Matt Damon incarne le rôle principal à savoir un personnage complètement pathétique tandis que Julianne Moore incarne un double rôle de jumelles et parvient à mettre un peu de grâce dans cette atmosphère. De son côté, Oscar Isaac est sans aucun doute le personnage le plus fou du film en détective moustachu spécialisé dans les arnaques à l’assurance alors que Glenn Fischer est irrésistible en tueur sadique et au milieu de ce casting se trouve la révélation du film, le jeune Noah Jupe qui est impeccable qui incarne le jeune fils au regard naïf qui assiste à toute l’intrigue ; qui comprend que le rêve américain est un mensonge.

On peut regretter que le scénario des frères Coen n’aille pas un tout petit peu plus loin encore dans la critique acerbe de ce microcosme hypocrite, qu’il ne traite le harcèlement de la famille noire que comme un détail de l’intrigue, une sorte de toile de fond et ça manque un peu de mordant. On remarque que dans le film les blancs de Suburbicon ont beau aller à l’Eglise tous les dimanches, ils se comportent dans leur vie à l’inverse de la charité chrétienne. Enfin, la dernière partie perd un peu de sa crédibilité pour s’enfoncer dans un jeu de massacre macabre pas totalement maîtrisé dans le mélange comédie/tragédie mais on souligne que l’ensemble est assez élégant notamment dans sa mise en scène.

Pour conclure, « Bienvenue à Suburbicon » est une satire assez grinçante et élégante où le résultat est assez réjouissant malgré des faiblesses.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s