La Fille au bracelet

Synopsis :

Lise (Melissa Guers), 18 ans, vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d’avoir son bac. Mais depuis deux ans, Lise porte un bracelet car elle est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie.

Melissa Guers

Le saviez-vous ? :

  • C’est le premier film du réalisateur Stéphane Demoustier, frère de l’actrice Anaïs, qui signe sa première réalisation en s’inspirant d’un film argentin intitulé « Acusada ».
  • Il s’agit du tout premier rôle de la jeune comédienne Melissa Guers qui incarne le personnage principal.

Ma critique :

Le titre n’est pas très accrocheur mais le film est vraiment remarquable de bout en bout ! Contrairement à ce qu’on pense, le récit ne raconte la vie d’une jeune femme en attente de son passage au tribunal mais bel et bien son procès, tourné d’une manière à la fois très sobre et intense tandis que le spectateur ne cesse de se poser durant 1h30 la question de la culpabilité ou non de la jeune Lise. Il faut dire qu’on a tellement l’habitude de voir des films de procès américains avec une révélation qui va tout basculer mais ici, c’est un vrai film judiciaire dans le sens où on est complètement immergés dans ce procès et on est aussi en permanence renvoyés au mystère, au mutisme de cette jeune fille dont on ne sait pas pourquoi elle ne se défend pas mais à travers ce mutisme, on est aussi dans une confrontation entre deux générations : l’une ; celle des adultes qui ne comprennent pas et qui découvrent dans ce procès cette nouvelle génération qui se drogue. Les scènes de procès occupent donc la majeure partie du film, en cherchant l’authenticité !

Anaïs Demoustier

Dans son premier rôle, Mélissa Guers joue à la perfection l’insensibilité et même la passivité qui fait d’elle un mystère . On découvre ainsi pour la première fois cette jeune comédienne pleine d’avenir et de talent ! Ses parents, incarnés par Roschdy Zem et Chiara Mastroianni sont vraiment excellents en parents déboussolés et qui découvrent leur fille. Anaïs Demoustier incarne avec beaucoup de talent que d’habitude le rôle de l’avocate générale et enfin Annie Mercier convaincante dans l’avocate de la défense.

Tout cela est exhibé en public, non seulement aux yeux des jurés, mais aussi à ceux du public et les personnages des parents puisque le film signifie l’étonnement des parents qui étaient loin de tout savoir au sujet de leur fille. « Que savons-nous des adolescents de 16, 17 ou 18 ans ? De leurs pratiques, de leurs amours… ? », demande, très justement, l’avocate de la défense au cours de sa plaidoirie. Les parents connaissent-ils leurs propres enfants ? Rien n’est moins sûr. On en ressort avec une impression bizarre où chacun se fera son opinion (surtout lors de la scène finale), et avec le sentiment que, finalement, on ne connait jamais vraiment les gens qu’on aime. De plus, il invite aux parents à s’ouvrir à ses enfants et à accepter leurs différences au même titre que l’évolution des mœurs dans notre société.

Pour conclure, « La Fille au bracelet » est une première oeuvre marquante et sous tension où le spectaculaire n’est jamais présent et laisse place à la sobriété, emmenée par un casting remarquable.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s