Le Cas Richard Jewell

Synopsis :

En 1996, Richard Jewell (Paul Walter Hauser) fait partie de l’équipe chargée de la sécurité des Jeux d’Atlanta. Il est l’un des premiers à alerter de la présence d’une bombe et à sauver des vies. Mais il se retrouve bientôt suspecté… de terrorisme, passant du statut de héros à celui d’homme le plus détesté des Etats-Unis. Il fut innocenté trois mois plus tard par le FBI mais sa réputation ne fut jamais complètement rétablie, sa santé étant endommagée par l’expérience.

Paul Walter Hauser

Le saviez-vous ? :

  • Le 27 juillet 1996, pendant les Jeux Olympiques d’été à Atlanta, un vigile du nom de Richard Jewell découvre un sac à dos suspect caché derrière un banc. Très vite, on se rend compte qu’il contient un dispositif explosif. Sans perdre une minute, il fait évacuer les lieux et sauve plusieurs vies en limitant le nombre de blessés. Mais trois jours plus tard, il découvre en même temps que le monde entier, qu’il est le principal suspect de l’attentat aux yeux du FBI.

Ma critique :

Voilà encore un fait divers où le grand Clint Eastwood traite avec beaucoup de classe ! Une fois encore, il nous livre un film fort, notamment en émotion dans lequel un monsieur tout le monde devient héros malgré lui avant d’être littéralement détruit. Dans sa mise en scène, le cinéaste reconstitue également avec minutie cette ambiance si particulière des années 1990. Si l’enquête du F.B.I. est compréhensible, le déchaînement des média sur un homme dont la culpabilité n’est pas prouvée est vivement dénoncé par Clint Eastwood. Le fonctionnement de la presse est analysé et critiqué de façon très pertinente tandis que j’ai beaucoup aimé ce contraste qui brise les codes et apporte un éclairage intéressant sur le thème de la discrimination.

Sam Rockwell, Kathy Bates & Paul Walter Hauser

L’inconnu Paul Walter Hauser livre une performance impeccable et il est autant émouvant quand il laisse exploser ses sentiments en fin de film alors qu’il est souvent mutique dans le long-métrage tandis que Kathy Bates nous livre une prestation vraiment puissante et trouve un des rôles plus marquants. Quand à Sam Rockwell, il montre toute la diversité de sa palette d’émotions dans le rôle de l’avocat, prêt à tout pour le défendre.

C’est un grand film sur l’effet que les médias peuvent avoir sur quelqu’un, sur la critique du système et sur la police. La réalisation, d’un classicisme dont Eastwood est aujourd’hui le maître, est efficace et lui permet de signer des scènes d’une grande émotion (mention spéciale à la scène du discours de la mère, d’une puissance rare).. Je trouve qu’il sublime son sujet en parvenant, en plus d’une foi en l’humain bouleversante, à critiquer l’Amérique de Trump et notamment son culte pour les apparences dont les journalistes sont prêts à tout pour obtenir un scoop et raconte comment un Américain ordinaire qui s’est conduit en héros doit se battre pour défendre son honneur ; comme un de ses précédents longs-métrages à savoir « Sully ».

Pour conclure, « Le Cas Richard Jewell » est une plongée vraiment fascinante dans une Amérique ultra contemporaine où les médias en prennent pour leur grade, emmenée par un trio d’acteurs formidables !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

Un commentaire

Répondre à Mon TOP 5 des films de février 2020 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s