Trois jours et une vie

Synopsis :

1999 – Olloy – Les Ardennes belges.
Un enfant vient de disparaître. La suspicion qui touche tour à tour plusieurs villageois porte rapidement la communauté à incandescence. Mais un événement inattendu et dévastateur va soudain venir redistribuer les cartes du destin…

Sandrine Bonnaire

Le saviez-vous ? :

  • Il s’agit d’une adaptation du roman de l’auteur Pierre Lemaitre réalisée par le cinéaste Nicolas Boukhrief

Ma critique :

La force du film est de raconter un thriller dramatique où il n’y a pas forcément de psychopathe monstrueux, et où il manipule l’idée de culpabilité et de conscience.. Le film nous invite à suivre les protagonistes de cette histoire sur une vingtaine d’années et sa force est d’installer un climat de grande tension qui ne se relâche jamais avec une forêt omniprésente et un climat froid et humide ; le tout participant à cette ambiance oppressante et une mise en scène fluide mais très classique. L’émotion est présente de la première à la dernière minute, même en connaissant déjà le dénouement qui en surprendra plus d’un lors de cette fameuse scène de la forêt.. La façon, dans la première partie, dont les circonstances malheureuses et hasardeuses s’enchaînent jusqu’au drame et ses conséquences est particulièrement réussie.

Pablo Pauly & Margot Bancilhon

Charles Berling, Sandrine Bonnaire, Philippe Torreton et Pablo Pauly se partagent l’affiche : le premier est très bon dans le rôle du père frappé par la tragédie, qui est antipathique mais dont on ne peut jamais douter du chagrin tandis que la deuxième est excellente en mère aimante. Torreton est toujours très bon et le dernier confirme son talent au cinéma. Margot Bancilhon est assez étonnante de naturel.

J’ai beaucoup aimé comment l’histoire prend le temps de condamner le personnage principal en fermant une à une les portes de sa liberté à laquelle il aspire. On se sent pris au piège avec lui, impuissant face au dénouement incontournable. On passe au final un bon moment devant un film au style plaisant et habilement oppressant ! La question la plus lancinante du film était : « comment continuer à vivre avec un poids sur la conscience aussi énorme ? » et le résultat parvient un peu maladroitement à faire face à cette interrogation de cette affaire ambigüe et douloureuse..

Pour conclure, « Trois jours et une vie » est un drame psychologique tout en étant à la fois sobre et intense mais des maladresses qui viennent gâcher le potentiel..

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 13/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s