Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part

Synopsis :

Dans la belle maison familiale, à la fin de l’été, Aurore (Aurore Clément) fête ses 70 ans, entourée de ses 4 enfants, tous venus pour l’occasion. Il y a là Jean-Pierre (Jean-Paul Rouve), l’aîné, qui a endossé le rôle de chef de famille après la mort de son père ; Juliette (Alice Taglioni), enceinte de son premier enfant à 40 ans et qui rêve encore de devenir écrivain ; Margaux (Camille Rowe), l’artiste radicale de la famille, et Mathieu (Benjamin Lavernhe), 30 ans, angoissé de séduire la jolie Sarah .
Plus tard, un jour, l’un d’eux va prendre une décision qui changera leur vie…

Alice Taglioni, Sarah Adler & Jean-Paul Rouve

Le saviez-vous ? :

  • Le film est adapté d’un recueil comprenant douze nouvelles écrites par Anna Gavalda

Ma critique :

Le film commence d’une manière banale avec une famille qui s’aime ou qui n’arrive pas à exprimer leurs sentiments et qui passent la plupart du temps à se faire des réflexions mais là où le film tire son épingle du jeu, c’est le twist assez surprenant, qui amène à la deuxième partie du film, qui offre à son long-métrage une histoire qui est tendre et originale, traitant du dépassement de soi et de croire à ses rêves. Je pense que chacun vivra ce film selon son propre vécu et son propre cheminement, mais il ne laissera pas indifférent. Au travers de cette fratrie dont on suit des bouts de vie, on identifie des bouts de notre vie. C’est maladroit par certains moments, déséquilibré en mettant en avant certains aspects plus que d’autres..

Benjamin Lavernhe & Camille Rowe

Le casting est bon dans son ensemble : si Alice Taglioni est toujours aussi juste, deux acteurs tirent leurs épingles du jeu : Jean-Paul Rouve et Benjamin Lavernhe. Le premier est vraiment puissant dans un rôle dramatique et prouve que c’est un excellent acteur tandis que le deuxième continue à faire son chemin dans le paysage du cinéma français. De son côté, Camille Rowe est convaincante dans le rôle de la soeur tandis qu’Aurore Clément est un peu effacée dans son rôle. Enfin, Elsa Zylberstein a une participation très remarquée de 10 minutes.

On reste presque frustrés de ne pas approfondir chaque personnage tant ils nous séduisent chacun à leurs manières. Mais il se dégage un certain charme, une ambiance qui peut rappeler des souvenirs à tout le monde, une certaine mélancolie aussi. De très jolis moments, d’autres plus graves et certains très drôles.

Pour conclure, « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » est une histoire simple, traitée avec beaucoup de justesse et de délicatesse.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14,5/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s