Vice Versa

Synopsis :

Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie (doublée par Charlotte LeBon), débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur (Pierre Niney) se charge de la sécurité,  Colère (Gilles Lellouche) s’assure que la justice règne, et Dégoût (Mélanie Laurent) empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse (Marilou Berry), elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie…

Le saviez-vous ? :

  • C’est en regardant sa propre fille grandir et subir un bouillonnement hormonal intense, au début de son adolescence, que le réalisateur Pete Docter a eu l’idée de créer un film, qui serait centré autour des émotions humaines
  • Il s’agit du quinzième long-métrage de Pixar qui nous présente un nouveau projet totalement original.

Ma critique :

Le film tente de répondre à la question suivante : « Que se passe-t-il dans la tête de nos enfants lorsqu’ils grandissent ? ». C’est une perle et un des films d’animations les plus ambitieux de toute l’histoire de l’animation ! La maturité scénaristique et la polyvalence des oeuvres de Pixar a clairement gravit un échelon depuis quelques années et je dois dire que le scénario est vraiment en or avec l’interprétation de nos émotions et agissements par le biais de petits personnages qui contrôlent notre cerveau. C’est une bonne manière de nous illustrer le passage à l’adolescence ou bien le déménagement, comme dans cette histoire. Tout a été pensé et réfléchi : le pays de l’imagination, les rêves, les souvenirs à long terme, ceux qui s’effacent, la mémoire centrale… Tant d’idées qui ont formé l’histoire de ce film ! On se laisse facilement attendrir, porté par les décors surréalistes et les personnalités bien distinctes des personnages.

Le propos sur l’importance de l’enfance, des souvenirs, et du rôle que jouent les émotions au fil de notre évolution est diablement intelligent et pertinent, et le film ne cesse de titiller nos propres émotions avec des passages à vous fendre le coeur, ou une avalanche de gags qui font mouche. Le message délivré est clairement trop mature pour un enfant, ou comment la tristesse est aussi une composante de notre psyché qui a pour fonction de nous rendre plus fort. On ressort donc chamboulé et, il faut bien le dire même bouleversé de ce voyage intérieur très réussi.

Pour conclure, « Vice Versa » est un magnifique film sur le passage à l’âge adulte, traité d’une grande finesse que le film est accroché à nos coeurs. Un chef-d’oeuvre !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s