Proxima

Synopsis :

Sarah (Eva Green) est une astronaute française qui s’apprête à quitter la terre pour une mission d’un an, Proxima. Alors qu’elle suit l’entraînement rigoureux imposé aux astronautes, seule femme au milieu d’hommes, elle se prépare surtout à la séparation avec sa fille de 8 ans (Zélie Boulant-Lemesle).

Zélie Boulant-Lemesle & Eva Green

Le saviez-vous ? :

  • Le film a été tourné dans de vrais lieux fréquentés par les astronautes, et qui n’avaient jamais été filmés : le centre d’entraînement de Cologne, qui est la base de l’Agence Spatiale Européenne

Ma critique :

Depuis pas mal de temps, j’ai remarqué que les films sur les astronautes évoquent également la paternité ou la maternité ; et celui-ci ne fait pas exception à la règle.. La réalisatrice Alice Winocour est partie d’un constat concernant la préparation physique et mentale des astronautes et elle a voulu explorer le processus de séparation entre une mère et sa fille. Elle a très bien fait de faire ce choix, c’est-à-dire de rester sur Terre pour rappeler que l’intensité des sentiments humains et sa sensibilité qui m’a complètement bouleversé où je n’ai pas réussi à retenir les larmes.. De plus, on découvre avec beaucoup d’intérêt et de passion les nombreux exercices d’entraînement auxquels les astronautes sont soumis. Ces scènes ont d’ailleurs été filmées de manière très réaliste avec l’aide de Thomas Pesquet.

Eva Green, Zélie Boulant-Lemesle & Matt Dillon

La réalisatrice a fait appel à un casting international avec en tête d’affiche la franco-américaine Eva Green qui trouve son plus beau rôle au cinéma et qui n’a jamais été aussi touchante, très loin de ses rôles chez Tim Burton. Ici, on la voit nu au sens propre comme au figuré. Face à elle, la jeune française Zélie Boulant-Lemesle est extrêmement convaincante dans son premier rôle au cinéma et fait preuve d’un naturel désarmant. L’américain Matt Dillon trouve aussi un très beau rôle profond tandis que les allemands Sandra Hüller et Lars Eidinger sont excellents dans leurs rôles respectifs.

Le vrai fond, au travers de ce destin exceptionnel, c’est bien de traiter de la place, dans notre société, des mères célibataires, indépendantes et ambitieuses, et dans ce film, Sarah tente de trouver sa place dans un monde masculin extrêmement viril. Ce qui donne sa particularité au film d’Alice Winocour, c’est donc le regard de l’enfant. Comment faire comprendre à une fille de sept ou huit ans qu’il va lui falloir se séparer de sa mère ? C’est d’autant plus compliqué que celle-ci vit seule, séparée de son ex-mari. Loin des clichés hollywoodiens, ce film est d’une grande finesse qui est également un magnifique portrait de femme féministe et puissant, rendant hommage à toutes ces héroïnes de l’espace.

Pour conclure, « Proxima » est une oeuvre émotionnelle déchirante et passionnante qui séduit par la justesse de son scénario où Eva Green est impressionannte.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s