Les Figures de l’ombre

Synopsis :

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines (Taraji P.Henson, Octavia Spencer & Janaelle Monae) qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn (Glen Powell). Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.

Octavia Spencer, Taraji P.Henson & Janelle Monaé

Le saviez-vous ? :

  • Il s’agit de l’adaptation du livre intitulé Hidden Figures de Margot Lee Shetterly mettant en scène les calculatrices afro-américaines Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson qui ont contribué aux programmes aéronautiques et spatiaux de la NASA.
  • Le film marque les premiers pas de Pharrell Williams qui a produit le film.

Ma critique :

Cette histoire vraie nous transporte bien au delà de cette revendication, rien que par la destinée ô combien exceptionnelle de ces trois mathématiciennes afro-américaines qui ont marqué profondément l’Histoire, la grande et aussi celle de la NASA… Ce portrait croisé nous est brossé dans une totale humilité et dans la plus grande sobriété ; on ne peut que se sentir tout petits et admiratifs face à leur capacité à faire reconnaître leur talent voire leur génie, à se battre pour être entendues et écoutées en dépit de leur sexe et surtout de leur couleur de peau dans cet état de Virginie, on ne peut plus ségrégationniste en… 1962 ! La réalisation est très effacée et contraste trop avec la pétillance de ces dames. L’académisme emprunté ajoute un côté très 60’s et si le film manque un peu de mordant pour plaire au plus grand nombre, l’air de ne pas trop y toucher, il montre tout de même quelques réalités qui, fort heureusement, nous paraissent désormais intolérables.

Kevin Costner

Theodore Melfi a su diriger des actrices avec un tact étonnant qui dénote une sensibilité à fleur de peau, en les magnifiant plus d’une fois. Évidemment Taraji P. Henson en calculatrice éminente crève l’écran par sa performance à tous niveaux, mais ses deux partenaires (Octavia Spencer et Janelle Monáe) à leur façon sont émouvantes aussi, l’une dans sa rigueur indéfectible et l’autre dans son obstination à se dépasser coûte que coûte… Il est vraiment impossible de ne pas succomber à l’humour, à la détermination ainsi qu’à la malice des actrices qui ont le bon goût de ne pas en faire trop et qui ne cherchent pas à faire de l’ombre (justement) aux autres ! Même les seconds rôles sont excellents notamment Kevin Costner et Kirsten Dunst.

Ce film, a le mérite de permettre au plus grand nombre de connaitre une partie totalement méconnue de l’histoire de la conquête spatiale, mais aussi de la conquête des droits de la femme qui ont lutté contre la ségrégation. Le portrait de ces femmes est dressé avec une grande sobriété : pas d’effet pompeux destiné à tirer quelques larmichettes, ni de moments surfaits. Alors qu’il n’y a absolument pas de scène d’action, ce film est plein d’énergie, collant ainsi parfaitement à la psychologie de ces trois figures de l’ombre, à qui on a parfois prêté des dialogues amusants, doublée d’un sacré sens de la répartie. 

Pour conclure, « Les Figures de l’ombre » est un film féministe et engagé qui repose sur les performances de ses actrices, prenant la main des spectateurs pour raconter des destins hors du commun.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s