Woman at War

Synopsis :

Halla (Halldora Geirhardsdottir), la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande… Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie…

Halldora Geirhardsdottir

Le saviez-vous ? :

  • Le film a été présenté au Festival de Cannes 2018 dans la section « Semaine de la critique » où il a remporté le Prix SACD.

Ma critique :

Avec un thème aussi grave qui est la confrontation entre l’industrialisation d’un pays et les droits de la nature, le réalisateur Benedikt Erlingsson a choisi de le traiter de façon sérieuse mais en injectant en permanence, de façon toujours intelligente, ce qu’il faut d’humour, de décalé, de cocasse pour éviter de tomber dans le pensum politiquement correct. Voici une perle cinématographique, dont je me réjouis de n’être pas passé à côté ! C’est un hymne à la lutte, à la possibilité et à la puissance contestatrice. Derrière ce personnage féminin se cache une réflexion de profonde actualité sur la notion d’attentat. Le film pose en effet la question de la légitimité de l’acte terroriste, là où des entreprises se livrent sans nuance à l’empoisonnement de la planète et la manipulation capitalistique des clients.

L’interprétation de la comédienne Halldora Geirhardsdottir est tout juste incroyable puisqu’elle passe d’un personnage à l’autre avec une facilité déconcertante. Elle m’a fait penser à « Erin Brokovich » version Kusturica.

Des scènes en scènes, nous sommes entraînés dans une histoire qui surprend toujours, sans être alambiquée et il y a beaucoup de sobriété dans la mise en scène, et de la profondeur dans le sujet. C’est essentiellement un portrait de femme, et c’est la nature humaine, bien plus que la nature proprement dite, ou que le combat idéologique, qui l’intéresse, et qui nous intéresse dans le film. Si le fond n’est pas forcément très original, la forme est très intéressante avec une mise en scène travaillée, parfois osée à l’image du choix de faire apparaître l’orchestre à l’écran, qui magnifie les merveilleux paysages islandais.

Pour conclure, « Woman at War » est une fable écolo tragi-comique islandaise étonnante et burlesque à l’humour absurde. Une pépite !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s