Crawl

Synopsis :

Quand un violent ouragan s’abat sur sa ville natale de Floride, Hayley (Kaya Scodelario) ignore les ordres d’évacuation pour partir à la recherche de son père (Barry Pepper) porté disparu. Elle le retrouve grièvement blessé dans le sous-sol de la maison familiale et réalise qu’ils sont tous les deux menacés par une inondation progressant à une vitesse inquiétante. Alors que s’enclenche une course contre la montre pour fuir l’ouragan en marche, Haley et son père comprennent que l’inondation est loin d’être la plus terrifiante des menaces qui les attend…

Kaya Scodelario

Le saviez-vous ? :

  • Le film est produit par Sam Rami, qui marque également les retrouvailles entre le producteur et le réalisateur Alexandre Aja.
  • Les alligators existent depuis plus de 37 millions d’années. Ces animaux redoutables peuvent avoir jusqu’à 80 dents.

Ma critique :

Ce survival va droit au but : il est court, l’histoire est simple, mais il est efficace ! On compte également quelques petites invraisemblances générales ou dans le comportement des personnages mais ça reste tout à fait négligeable. On peut souligner le réalisme de ces animaux qui est frappant, preuve de la réussite des effets spéciaux pour un film à si petit budget. D’ailleurs, les alligators/crocodiles sont bien plus réussis que l’ouragan et ses effets, dont on décèle parfois les prises de vues sur fond vert. Aja a la bonne idée de ne pas lésiner sur le sang et quelques scènes bien gore qui jouent dans le réalisme du long-métrage. On n’a pas le temps une seconde de s’ennuyer et on vit le supplice des personnages avec eux dont le spectateur est crispé à son fauteuil !

Barry Pepper & Kaya Scodelario

Kaya Scodelario est très convaincante et on sent son investissement pour son rôle très physique et j’ai vu que le réalisateur a souhaité brisé tous les clichés de genre tandis que Barry Pepper est un très bon acteur qui a toujours de la gueule.

L’ensemble se regarde sans déplaisir même si le scénario accumule les poncifs et les invraisemblances (surtout vers la fin) et que l’ensemble est beaucoup trop sérieux là ou du second degré aurait été bénéfique. Le côté huis clos est réussi pour ma part.

Pour conclure, « Crawl » est un huit clos maîtrisé, entre horreur et slasher, respectant les codes du genre, qui n’oublie pas d’être généreux malgré des maladresses.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14,5/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s