L’Homme qu’on aimait trop

1976. Après l’échec de son mariage, Agnès Le Roux (Adèle Haenel) rentre d’Afrique et retrouve sa mère, Renée (Catherine Deneuve), propriétaire du casino Le Palais de la Méditerranée à Nice. La jeune femme tombe amoureuse de l’homme de confiance de Renée, Maurice Agnelet (Guillaume Canet) , un avocat de dix ans son aîné. Maurice a d’autres liaisons. Agnès l’aime à la folie. Actionnaire du Palais de la Méditerranée, Agnès veut vendre sa part de l’héritage familial pour voler de ses propres ailes. Une partie truquée siphonne les caisses de la salle de jeux. On menace Renée. Derrière ces manœuvres guerrières plane l’ombre de la mafia et de Fratoni le patron du casino concurrent qui veut prendre le contrôle du Palais de la Méditerranée. Tombé en disgrâce auprès de Renée, Maurice met en relation Agnès avec Fratoni qui lui offre trois millions de francs pour qu’elle vote contre sa mère. Agnès accepte le marché. Renée perd le contrôle du casino. Agnès supporte mal sa propre trahison. Maurice s’éloigne. Après une tentative de suicide, la jeune femme disparaît à la Toussaint 1977. On ne retrouvera jamais son corps. Trente ans après, Maurice Agnelet demeure l’éternel suspect de ce crime sans preuve ni cadavre. Convaincue de sa culpabilité, Renée se bat pour qu’il soit condamné…

Adèle Haenel & Guillaume Canet

Le saviez-vous ?

  • Le film a été présenté au Festival de Cannes 2014 dans la catégorie « Hors compétition ».
  • Il s’agir d’une adaptation de l’affaire « Le Roux » qui reste encore à ce jour, une énigme judiciaire non résolue.. L’enquête sur la disparition d’Agnès Le Roux, en 1977,  mettant en cause son amant de l’époque, l’ex-avocat niçois Jean-Maurice Agnelet, est entre les mains de la justice depuis une trentaine d’années.
  • C’est la deuxième fois qu’André Téchiné se confronte une deuxième fois à une adaptation cinématographique d’un fait divers après « La Fille en RER » en 2009.

Ma critique :

Dans ce film, la mise en scène est assez classique, s’adaptant parfaitement  à ce triste et célèbre fait divers criminel. Le scénario bien construit, on se laisse porter par les problématiques familiales (même si les antécédents sont parfois difficile à suivre), les différentes intrigues et nous laissant à notre propre analyse. Le film n’a par ailleurs aucun parti pris ce qui est agréable.  Entre l’enquête policière et le drame romanesque, le réalisateur reprend habilement les grandes lignes de l’affaire Agnelet-Le Roux puisqu’il parvient à inscrire son propre univers, fait de fêlures, de non dits, de relations familiales conflictuelles et de sensualité.

Catherine Deneuve & Guillaume Canet

Le casting du film est absolument remarquable : Catherine Deneuve qui a signé avec ce film sa septième collaboration avec le cinéaste est vraiment excellente. Tantôt autoritaire et pugnace ou plus à la lisière de bons sentiments maternels, son aura reste intacte et elle enchaine depuis quelques films des performances incroyables qui ne laissent pas insensibles. De son côté, Guillaume Canet, charmeur et séducteur prête ses traits au suspect principal et lui confère à la fois une arrogance et un mystère désarmants. Face à lui, la jeune actrice renversante qui monte de plus en plus dans le cinéma français, Adèle Haenel déploie une palette de jeu variée et remarquable et démontre une sensualité et une présence qui s’affirment de film en film.

Téchiné nous immerge dans une histoire de séduction mêlée à une ambition professionnelle dévorante, le tout mené par un homme trouble et sûr de lui aux dépens d’une jeune femme fragile et amoureuse. Le metteur en scène n’émet aucun jugement et laisse au spectateur le soin d’avoir une libre interprétation sur ce qui lui est montré, faisant même volontairement l’impasse sur certains aspects narratifs afin de ne pas aiguiller notre avis. Néanmoins, des petites faiblesses de rythme font ralentir la tension pour totalement emporter l’adhésion.

Pour conclure, « L’Homme qu’on aimait trop » est une plongée dans cette affaire judiciaire, distillant une certaine tension dramatique à la mise en scène classique, emmené par un prestigieux casting.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s