Galveston

Synopsis :

1988. Les temps sont durs pour Roy (Ben Foster), petit gangster de la Nouvelle-Orléans. La maladie le ronge. Son boss lui tend un guet-apens auquel il échappe de justesse. Une seule issue : la fuite, en compagnie de Rocky (Elle Fanning), une jeune prostituée. Deux êtres que la vie n’a pas épargnés. En cavale vers la ville de Galveston, ils n’ont plus rien à perdre… 

Ben Foster

Le saviez-vous ?

  • Le cinéma de Mélanie Laurent a toujours été intéressant, riche d’une sensibilité à fleur de peau que la comédienne a souvent eu du mal à exprimer à l’écran en tant qu’actrice, mais qu’elle n’a jamais eu de peine à injecter dans ses longs-métrages en tant que réalisatrice.
  • Pour son cinquième long-métrage, elle s’exile aux États-Unis où elle tente sa chance avec un polar sombre et violent écrit par Nic Pizzolatto, qui adapte son propre roman. Avec ce film, la star prend des risques en changeant complètement de registre.

Ma critique :

Après une introduction que je trouve bâclée avec une mise en scène expéditive sans le moindre panache, j’ai crains le pire avant d’être finalement emporté par le film après ces trente minute laborieuses. Je trouve à titre personnel que la cinéaste française manque encore de personnalité, les références sont trop visibles et les effets de mise en scène parfois usés et rarement surprenants. Le registre change de ses précédents films car il est très brutal mais on reconnait son style. Le mélange des deux apporte une nouvelle vision de ce genre de thriller. Au départ, on a des impressions de déjà vu, mais les péripéties et l’évolution des personnages nous font sortir des traditionnels rebondissements créant une véritable originalité.

Elle Fanning

Un des points forts du film est son casting que je trouve réussi : Ben Foster est toujours aussi impeccable, confirmant ici que c’est un des acteurs les plus sous-estimés malgré son grand talent ; sa souffrance brute fait partie de ses atouts. De son côté, Elle Fanning confirme qu’elle est une des meilleures actrices de sa génération et illumine l’écran à chacune de ses apparitions. Je trouve que Mélanie Laurent dirige très bien ses comédiens avec une aisance que je trouve admirable.

Sur la forme, outre un rythme faible au départ, on peut dire que la réalisatrice est parvenue à restituer l’ambiance poisseuse de l’Amérique profonde par le biais d’une mise en scène que je trouve extrêmement soignée et d’une photographie somptueuse puisque de nombreuses scènes jouent parfaitement avec la lumière pour proposer des plans de toute beauté. On se rend compte que le film réside toute sa beauté et finesse, prend un caractère existentiel lugubre à travers la force des portraits psychologiques des personnages, tels que Mélanie Laurent nous les dépeint parfois avec lenteur dans des scènes assez statiques de la vie quotidienne comme au motel, mais aussi entrecoupées par des séquences brèves et intenses.

Pour conclure, « Galveston » est un polar de qualité avec une belle mise en scène, un récit vénéneux mais sans originalité, qui vaut pour ses personnages tourmentés, sublimés par le duo Foster/Fanning.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14,5/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s