Julieta

Synopsis :

Julieta (Emma Suarez) s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antia la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antia une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours.

Ma critique :

Il y a trois ans, Pedro Almodovar avait fait sensation sur la Croisette à Cannes avec son film qui a beaucoup ému les Festivaliers. Toutefois, il faut savoir que son film, intitulé « Julieta » est adapté de trois nouvelles du recueil « Fugitives » d’Alice Munro. La première question à laquelle on se pose est : « Qui est Julieta ? ». À l’écran, sur l’affiche du film, elles sont deux à l’interpréter : Emma Suárez et Adriana Ugarte. Deux époques, deux faces d’un même personnage, qui se répondent d’un bout à l’autre du film pour raconter la même histoire : celle d’une femme face à son destin.

Avec ce film, Almodovar nous emmène tantôt dans un thriller, tantôt dans un mélodrame, avant de livrer sa forme véritable, un profond drame familial entre une mère et sa fille. Je trouve qu’il y a du hitchcockien dans ce film mais c’est d’une froideur absolue qui m’a beaucoup troublé. De plus, il brasse un nombre de thèmes plus importants les uns que les autres : de l’amour maternelle au manque que peut susciter l’absence de son enfant, en passant par la culpabilité, et plus particulièrement la transmission de la culpabilité. Mais ce qui frappe le plus c’est bien la magnifique déclaration d’amour du cinéaste envers les femmes, comme elles ne furent rarement aussi mises en avant du point de vue de l’âme. Quelque chose est d’ailleurs rare chez Pedro Almodovar : rendre le moindre personnage intéressant.

Adriana Ugarte (Julieta jeune)

Le casting de ce film est tout à fait éblouissant : les excellentes Emma Suarez et Adriana Ugarte incarnent toutes deux notre mère désemparée à quelques années d’écart avec la même justesse tandis que Rossy De Palma crève l’écran en quelques minutes dans une scène assez troublante.

Ce film nous montre la douleur de la perte de l’être aimé, le tout ramassé dans un film de seulement d’1h30, c’est très harmonieusement construit. En outre, il y a comme toujours chez Almodóvar un grand soin apporté au travail sur les couleurs et sur l’image, dans un style très sobre et dépouillé.  Il y a un côté oeuvre d’art dans la mise en scène. Les flash backs sont intéressants et la construction du récit est passionnante. On ne pleure pas forcément lors du film, mais on sort secoué, avec les émotions à fleur de peau.

Pour conclure, « Julieta » est un film très abouti, délicat et mystérieux, qui bouleverse et hante l’esprit encore longtemps après la projection. Une belle réussite !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s