Le Daim

Synopsis :

Georges (Jean Dujardin), 44 ans, et son blouson, 100% daim, ont un projet.

2579669.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Jean Dujardin

Le saviez-vous ? :

  • Quentin Dupieux est un cinéaste unique en son genre ; il possède son propre univers à lui dans tous ses films et c’est un réalisateur qui compte dans le cinéma ; considéré comme culte auprès des cinéphiles, il ne laisse personne indifférent : soit on aime son cinéma soit on le déteste. Je l’ai vu jeudi dernier avec un couple d’amis et autant vous dire, ce film est un OVNI même si certains ne vont pas l’aimer !
  • Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2019 en film d’ouverture, il a reçu un long standing ovation

Ma critique :

Dans la catégorie absurde, le cinéaste est une sorte de maître dans le sens où ses longs-métrages (plutôt courts en général) possèdent une logique qui leur est propre, donc irréfutable et imprévisible, avec une thématique obsessionnelle et immuable, tout au long de chaque opus.  Il faut aimer Quentin Dupieux en général pour aimer « Le daim » en particulier ! D’une originalité toujours de mise, le réalisateur suit sa ligne directrice pour ouvrir au cinéma français de nouveaux horizons. Son cinéma est étrange, drôle, absurde et maîtrisé ! Les plans sont brefs et efficaces, le développement ne perd pas de temps sur des fausses pistes (1h17 de film). On rigole beaucoup et de tout jusqu’à un point de non-retour où l’absurde franchit la limite du fait-divers.

3621903.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Adèle Haenel

Dans cet univers désolé et pyrénéen, Jean Dujardin, qui est de la plupart des scènes, impressionne par sa capacité à rendre crédible et même palpable la tragédie de cet homme ridicule. Adèle Haenel l’accompagne en harmonie, avec un talent égal, sur les rives d’une loufoquerie drôlement angoissante, en fin de compte. Celle-ci se lâche de plus en plus dans des comédies depuis l’excellent En liberté !

Drame, comédie noire, thriller, horreur, on sait jamais sur quel pied danser mais une chose est sûre, Dupieux n’a jamais aussi bien filmer la folie. J’ai adoré l’atmosphère poisseuse et dépressive qui émane de la mise en scène. Le film ne durant qu’un peu plus d’une heure un quart, on n’a pas le temps de s’ennuyer, mais on a largement celui d’être à la fois captivé et questionné, voire dérangé ! L’humour, omniprésent, se base toujours sur l’absurdité des situations et des dialogues, et est d’une efficacité et d’une justesse redoutables.

Pour conclure, « Le Daim » est une comédie complètement absurde et décalée, qui joue sur plusieurs tons : à la fois hilarant, inquiétant et terrifiant, servi par un Jean Dujardin exceptionnel.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 18/20

Bande-annonce :

Un commentaire

  1. Je suis bien d’accord. Dupieux n’a sans doute jamais filmé la folie à la manœuvre de manière aussi clinique. Jusqu’alors, il nous conviait à entrer dans un univers mental dont les règles sont proches du cauchemar. Ici, c’est comme un cauchemar éveillé, dont nous serions les témoins.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s