Heureux comme Lazzaro

Synopsis :

Lazzaro (Adriano Tardiolo), un jeune paysan d’une bonté exceptionnelle vit à l’Inviolata, un hameau resté à l’écart du monde sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna. La vie des paysans est inchangée depuis toujours, ils sont exploités, et à leur tour, ils abusent de la bonté de Lazzaro. Un été, il se lie d’amitié avec Tancredi, le fils de la marquise.  Une amitié si précieuse qu’elle lui fera traverser le temps et mènera Lazzaro au monde moderne.

1298245.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Adriano Tardiolo

Le saviez-vous ? :

  • Quatre ans après avoir remporté un Grand Prix surprise en 2014 avec « Les Merveilles », la cinéaste italienne Alice Rohrwacher est revenu en compétition avec un film très particulier et remarqué l’année dernière où le jury de Cate Blanchett lui a attribué le Prix du Scénario.

Ma critique :

La réalisatrice Alice Rohwacher parvient avec une maîtrise parfaite de la narration à coudre une fable sur la trame de la réalité. Il y a cette pureté de l’image, du jeu, ces odeurs, ces bruits et puis cette poésie. Le film ne bascule jamais brutalement d’un genre à un autre, il nous porte, nous fait glisser. On n’attend rien, on se laisse guider. On ne se demande pas où on va, on y va. Le scénario est d’une parfaite cohérence et superbement développé, sans faille et sans temps mort : ce n’est pas pour rien que le film a été récompensé au dernier festival de Cannes au titre du meilleur scénario.

0276639.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Adriano Tardiolo & Alba Rohrwacher

L’autre élément puissant du film, c’est bien-sûr Lazzaro, interprété innocemment par Adriano Tardiolo, véritable ange fantomatique. Une force tranquille, ce personnage principal en marge, décentré, mais pourtant au cœur de l’image. Alba Rohrwacher a un très bon rôle également !

Oscillant entre réalisme et conte, ce film politique et social nous donne à réfléchir sur la situation des campagnes, et plus largement, sur tous les laissés-pour-compte, de plus en plus nombreux dans le monde d’aujourd’hui. Il y a beaucoup de choses exprimées dans ce scénario ; que ce soit la déshumanisation du monde d’aujourd’hui, la beauté de la campagne mise en valeur par des images superbes, et la nécessité de croire en une certaine humanité. La première partie du film est assez lumineuse tandis que la seconde bascule dans des codes surréalistes mais on peut être dérouté, étonné, mais aussi séduit par la poésie et la sensibilité qui se dégagent du style particulier d’Alice Rohrwacher.

Pour conclure, « Heureux comme Lazzaro » oscille entre fable moderne et film politique où la grâce et la poésie soufflent sur cette merveille !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 18/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s