Mise à Mort du Cerf Sacré

Synopsis :

Steven (Colin Farrell), brillant chirurgien, est marié à Anna (Nicole Kidman), ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim (Raffey Cassidy), 14 ans et Bob (Sunny Suljic), 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin (Barry Keoghan), un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

564631.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Nicole Kidman & Colin Farrell

Le saviez-vous ? :

  • Aujourd’hui a eu lieu le 72ème Festival de Cannes 2019 et à partir de ce jour jusqu’au samedi 25 mai, je vous parlerai uniquement des films présentés à Cannes.
  • Chaque année, il y a toujours des ovnis cinématographiques qui sortent du lot qui ne laissent personne indifférent. En 2017, il y a eu le film de Yorgos Lanthimos intitulé « Mise à mort du cerf sacré » qui a vraiment divisé la critique et les Festivaliers pour son côté tragédie grecque.

Ma critique :

Le film au-delà des surprises, des rebondissements devient littéralement angoissant et passionnant à suivre, j’avoue que le scénario nous égare un bon bout de temps sur des fausses pistes avant de se préciser progressivement, pratiquement à notre corps défendant, tellement l’intrigue est dérangeante et surréaliste. Cependant, la longueur excessive du long métrage l’empêchera cependant d’être la grande réussite qu’il semblait être dans sa première heure pleine de mystères. Esthétiquement, le film est une merveille avec ses grands cadres et ses longs travellings kubrickiens, sa froideur extrême sert parfaitement le propos d’un film autour de la vengeance et de la culpabilité.

564162.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Barry Keoghan

Le casting est toujours aussi impeccable : Colin Farrell et Nicole Kidman apparaissent comme des êtres froids et dénués de sentiments et j’avoue qu’ils sont formidables et notons qu’ils se sont retrouvés après pour le film Les Proies de Sofia Coppola. Le jeune Barry Keoghan (déjà vu en 2017 dans Dunkerque) est une vraie révélation. Il est absolument bluffant et totalement terrifiant. Les jeunes acteurs qui incarnent les enfants sont aussi très bien.

J’ai appris que l’histoire n’est autre qu’une métaphore de la situation politique et économique de la Grèce, patrie de Lanthimos, ce qui fait passer le film pour une véritable catharsis cinématographique, allant donc bien plus loin que le film d’auteur. Lanthimos filme cette descente aux enfers avec une précision chirurgicale et une froideur qui en rebutera plus d’un, mettant toute distance entre les personnages dont on ne comprend guère les décisions et le spectateur, perdu au milieu d’un spectacle assez morbide. Il y a pourtant dans le film plusieurs qualités certaines, quasi-hypnotiques , nous plongeant complètement dedans, nous forçant à regarder le spectacle, intrigués, curieux de ce que la suite va réserver.

Pour conclure, « Mise à mort du cerf sacré » est une oeuvre politique, antipathique et horrifique qui fascine autant qu’il dérange le spectateur, mis en scène avec virtuosité.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s