American Honey

Synopsis :

Star (Sasha Lane) , 17 ans, croise le chemin de Jake et sa bande. Sillonant le midwest à bord d’un van, ils vivent de vente en porte à porte. En rupture totale avec sa famille, elle s’embarque dans l’aventure. Ce roadtrip, ponctué de rencontres, fêtes et arnaques lui apporte ce qu’elle cherche depuis toujours: la liberté ! Jusqu’à ce qu’elle tombe amoureuse de Jake (Shia LaBoeuf), aussi charismatique que dangereux….

592737.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Sasha Lane

Le saviez-vous ? :

  • Andrea Arnold est une réalisatrice très appréciée des cinéphiles et des critiques et ce film a remporté le Prix du Jury en 2016 lors du Festival de Cannes.
  • Il faut dire qu’elle s’est inspirée de sa propre expérience pour narrer l’histoire de la jeune Star, ainsi que d’un article du New York Times, paru en 2007, consacré aux vendeurs de magazines itinérants.

Ma critique :

Avec son format 4:3 singulier, American Honey nous embarque dans l’effervescence d’une jeunesse libérée en quête d’aventure où tous les ingrédients d’un road trip intense et riche en sensations sont bel et bien présents : amour, folie, liberté et passion. Autant dans le scénario que dans la réalisation, le film nous prend par les tripes. En effet, il s’avère très énergique et possède une certaine authenticité qui n’est pas sans rappeler les documentaires, alors même que c’est une fiction centrée autour du personnage de Star et de son évolution personnelle au cours de cette aventure. Quand on croit qu’il s’agit d’un road-trip courant, on découvre la sensibilité de Arnold qui fait que chaque plan, chaque cadre soit parfait, sans une seule chute tout au long des trois heures. La cinéaste traverse une région presque sans charme et grâce au détail de sa vision la rend un paradis adolescent.

591018.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Riley Keough & Shia LaBoeuf

La cinéaste a voulu travailler en majorité avec de jeunes acteurs non-professionnels et le seul acteur qu’on connaît est Shia LaBoeuf. Le comédien hypnotise par une étonnante sobriété tandis que la jeune Riley Keough (petite-fille du chanteur Elvis Presley) mordante. Mais la vraie révélation du film est Sasha Lane qui porte son rôle avec un bluffant réalisme !

On peut reprocher au scénario un certain minimalisme puisqu’on apprend peu de choses sur chacun des personnages, leurs écorchures sont (volontairement) expédiées. Mais ce que j’ai beaucoup aimé dans ce film est que la cinéaste ne juge jamais les faits et gestes de tous ses protagonistes ! De plus, elle saisit avec délicatesse la singularité de l’adolescence où tous les possibles sont à portée de main ; c’est pour cela qu’on pense au cinéma de Sofia Coppola et de Larry Clark pour son côté trash ! La bande originale qui imprègne le film lui confère un aspect aussi hypnotique.

Pour conclure, « American Honey » laisse un souvenir durable au spectateur par toutes ses qualités cinématographiques. Un très beau moment de cinéma !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s