Nos batailles

Synopsis :

Olivier (Romain Duris) se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas.

1430781.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Ma critique :

Guillaume Senez est un réalisateur belge qui s’est fait beaucoup remarqué avec son premier film, sorti en 2016, « Keeper », qui avait enthousiamé les critiques. De plus, il faut savoir que ce cinéaste a une méthode infaillible pour obtenir le naturel souhaité devant la caméra, il ne donne pas les dialogues à ses comédiens, ces derniers doivent les improviser selon la situation de la scène.

Rares sont les films qui réussissent à parler des vies professionnelle et familiale avec une telle justesse, sans une seule fausse note. Tout y est vrai comme le quotidien avec ses contrariétés, ses violences et ses solidarités. Avec beaucoup de finesse et de talent, Guillaume Senez évite de tomber dans les pièges que pouvait lui tendre un tel sujet : aucun misérabilisme des personnages. Au contraire, celles et ceux qu’on rencontre dans le film sont des êtres humains pleins de bonne volonté, qui font de leur mieux en toutes circonstances, tout en étant susceptibles de craquer.

3647666.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le casting est à l’avenant et c’est surtout Romain Duris qui impressionne. Parce qu’il est quasiment de toutes les scènes, parce qu’il passe par toutes les émotions, parce qu’il compose un personnage complexe, pétri de qualités et de défauts. Il sait improviser ses scènes et c’est grâce à cela qu’on sait qu’il est un excellent acteur. Il est entouré d’un casting féminin étincelant, à commencer par les meilleures actrices françaises du moment : Laure Calamy, qui joue son amie syndicaliste, et de l’excellente et flamboyante Laetitia Dosch incarnant sa soeur. A leurs côtés, les enfants Basile Grunberger et Lena Girard Voss sont évidemment désarmants de naturel, ils sont pile dans le ton qui convient, ils n’en font pas trop, ils sont formidablement bien dirigés.

C’est aussi grâce à un scénario finement écrit que tous ces acteurs arrivent à faire passer tellement de choses. Le scénario est la vraie force du long-métrage. Jamais le film est larmoyant, ni surchargé, ni même accusateur envers le départ de cette mère qui abandonne sa famille. Au contraire, il essaye de comprendre, d’élargir le débat sur le quotidien et la difficulté de s’affirmer en tant que personne et d’effacer son rôle de travailleur. Le film est encore plus fort dans sa dernière partie ! Certes, le film n’est pas drôle, mais même lorsque les protagonistes perdent espoir, une lueur apparaît toujours au bout du tunnel. Tout ceci est tourné avec sensibilité et on est assez proche du cinéma de Ken Loach ou de Stéphane Brizé.

Pour conclure, « Nos batailles » est un film très émouvant, d’une rare finesse sur des sujets durs mais actuels, avec des acteurs extraordinaires.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 18/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s