La femme au tableau

Lorsqu’il fait la connaissance de Maria Altmann (Helen Mirren), un jeune avocat (Ryan Reynolds) de Los Angeles est loin de se douter de ce qui l’attend… Cette septuagénaire excentrique lui confie une mission des plus sidérantes : l’aider à récupérer l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, exposé dans le plus grand musée d’Autriche, dont elle assure que celui-ci appartenait à sa famille ! D’abord sceptique, le jeune avocat se laisse convaincre par cette attachante vieille dame tandis que celle-ci lui raconte sa jeunesse tourmentée, l’invasion nazi, la spoliation des tableaux de sa famille, jusqu’à sa fuite aux Etats-Unis. Mais l’Autriche n’entend évidemment pas rendre la « Joconde autrichienne » à sa propriétaire légitime… Faute de recours, ils décident d’intenter un procès au gouvernement autrichien pour faire valoir leur droit et prendre une revanche sur l’Histoire.

WOMAN IN GOLD

Ce film est inspiré d’une histoire vraie, celle de Maria Altmann, une juive rescapée de la shoah souhaitant récupérer les tableaux du peintre Gustav Klimt, notamment celui d’un portrait doré de sa propre tante Adèle, que sa famille possédait avant la guerre. Lorsque le réalisateur britannique Simon Curtis a regardé le documentaire intitulé « Voler Klimt » diffusé sur la BBC, il a été très ému par son combat et a décidé d’en faire un film sur cette histoire.

Cela peut paraître simple et banal aux premiers abords, mais cela devient nettement plus complexe (et, par conséquent, plus intéressant) lorsque le tableau en question n’est autre que « La Femme en Or » de Gustav Klimt, trésor national considéré comme « La Joconde autrichienne ». Le réalisateur Simon Curtis nous propose un regard sur un triste et sombre passé historique que refusent encore d’avouer certaines nations : la volonté si ferme du gouvernement autrichien de ne pas vouloir « lâcher » leur trésor national n’est que l’hypocrisie dissimulée d’une nation qui ne veut pas admettre son horrible crime de collaboration avec l’Allemagne nazie. De plus, le film appuie son discours par une narration jonglant entre passé et présent. Les séquences historiques proposent une belle reconstitution du point de vue des décors et des costumes mais aussi au niveau de l’atmosphère viennoise de l’époque où la population juive subissait insultes, humiliations, spoliations, délations et violences gratuites. Les flash-backs sont assez réussis.

WOMAN IN GOLD

Comme à son habitude, Helen Mirren est impériale dans son rôle et s’investit corps et âme au personnage de Maria Altmann, Daniel Brühl est parfait de sincérité et prouve une fois de plus que c’est un acteur primordial dans le paysage du cinéma international. Mais ma plus grande surprise est Ryan Reynolds que je trouve absolument incroyable dans ce rôle à contre-emploi qui l’oblige à se concentrer sur son jeu d’acteur qui est habituellement plus « loufoque ».

Certes, la réalisation est très classique et académique mais ce n’est pas important puisque l’histoire basée sur une histoire vraie nous apprend ou nous rappelle bien des choses terribles ayant eu lieu durant la Seconde Guerre Mondiale tout en nous faisant passer par une incroyable palette d’émotions. La musique signée Hans Zimmer est très belle.

Pour conclure, « La femme au tableau » est un film académique mais très émouvant et passionnant sur un sujet intéressant, servi par un duo d’acteurs irréprochable.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s