Les Gardiennes

1915. A la ferme du Paridier, les femmes ont pris la relève des hommes partis au front. Travaillant sans relâche, leur vie est rythmée entre le dur labeur et le retour des hommes en permission. Hortense (Nathalie Baye), la doyenne, engage une jeune fille de l’assistance publique pour les seconder. Francine (Iris Bry) croit avoir enfin trouvé une famille…

2668778.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

La productrice Sylvie Piallat éprouvait depuis longtemps  l’envie de porter à l’écran le livre éponyme d’Ernest Perochon puisqu’il faisait partie de son patrimoine d’enfance. Pour ce projet, elle a choisi le réalisateur Xavier Beauvois pour adapter le roman de 1924.

C’est tout simplement un merveilleux film, qui est lumineux, délicat et qui rend un bel hommage à ces femmes dignes et courageuses, obligées de reprendre le travail des hommes partis la fleur au fusil. Les conditions de vie de ces femmes sont filmées sans concession,  sans faire semblant et dans un silence le plus souvent terrible et oppressant, par la caméra de Xavier Beauvois qui met ici toute sa touche personnelle pour nous plonger sans commune mesure parmi l’existence éprouvante de ces femmes de l’époque auxquelles incombaient toutes les responsabilités et tâches de la ferme. On ressent parfaitement leurs détresses, leurs souffrances, leurs craintes et leurs espoirs et on s’attache à chacune d’elles de façon différente.  La mise en scène est classique, voir académique, mais elle est maitrisée, élégante, rigoureuse et d’une belle sobriété.

1280489.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Toutes les actrices sont épatantes, à commencer par Laura Smet qui trouve ici son meilleur rôle au cinéma et sa mère Nathalie Baye est vraiment excellente et le duo mère/fille est très beau et c’est la première fois qu’elles se donnent la réplique au cinéma (ironie du sort, le film sort le jour de la mort de Johnny…). Pour sa première apparition sur grand écran, Iris Bry est vraiment la révélation du film !  Elle vole même pratiquement la vedette à tous ses collègues tellement elle est lumineuse et irradie l’écran du début à la fin du film.

La photographie est d’une époustouflante beauté et je trouve que c’est rare aujourd’hui de voir les films qui osent prendre leur temps et développer leur trame narrative progressivement, en approfondissant l’environnement et en posant les situations. Trop souvent oubliées au cinéma et dans nos livres d’histoire, Xavier Beauvois redonne aux femmes leur place essentielle pendant la Grande Guerre. Les hommes sont alors relégués au second plan et l’horreur du front est remplacé par l’insoutenable attente du retour des soldats. Ces derniers sont représentés traumatisés, usés par le temps. La fin du film est également très belle et le dernier plan du film nous hante après la séance.

Pour conclure, « Les Gardiennes » est un très beau film, rendant un merveilleux hommage à ces femmes dignes et courageuses, avec des excellentes performances d’actrices. Du très bon cinéma intimiste !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s