Première année

Antoine (Vincent Lacoste) entame sa première année de médecine pour la troisième fois. Benjamin (William Lebghil) arrive directement du lycée, mais il réalise rapidement que cette année ne sera pas une promenade de santé. Dans un environnement compétitif violent, avec des journées de cours ardues et des nuits dédiées aux révisions plutôt qu’à la fête, les deux étudiants devront s’acharner et trouver un juste équilibre entre les épreuves d’aujourd’hui et les espérances de demain.

1611861.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le parcours du réalisateur Thomas Lilti est assez atypique puisqu’il pratique toujours son métier de médecin généraliste en parallèle de ses activités de réalisateur et de scénariste. Pour son quatrième film, il voulait depuis longtemps faire un film sur l’université et l’énergie des étudiants au travail. Le metteur en scène avait en tête une vision très cinématographique de ce que pourrait donner un long métrage centré sur ce thème.

Film après film, Thomas Lilti met tout son talent de réalisateur au service de l’exploration d’un domaine que, sans doute, il connaît sur le bout des doigts, celui de la médecine. J’ai vu ce film avec mon ami samedi dernier et on a beaucoup aimé ! On sait bien que les concours de première année de médecine se soldent par un grand nombre d’échecs, ce qui veut dire que, pour passer ce cap, on est obligé de travailler d’une manière quasi inhumaine. Avant de le voir, je me suis posé la question : « Comment intéresser le spectateur pendant 1h32 à deux étudiants qui font leurs études ? ». Je trouve que ce film montre bien les défauts des systèmes d’éducation bases sur une compétition aveugle qui favorise ceux qui apprennent bien comment passer un examen a ceux qui aiment bien le sujet et le métier. De plus, il m’intéresse beaucoup pour ce côté documentaire car le réalisateur arrive à capter la jeunesse et il sait très bien filmer le stress des examens, l’ambiance des amphis ou du resto U.

3284131.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Pour la deuxième fois, Vincent Lacoste retrouve le cinéaste 4 ans après « Hippocrate » et l’acteur prouve une nouvelle fois son grand talent et il a déjà sa place dans le cinéma français tandis que son ami, interprété par William Lebghil est vraiment formidable et démontre qu’il est l’acteur du moment, qui monte de plus en plus, et ce duo est vraiment attachant et on éprouve énormément de l’empathie pour eux.

Quand au scénario, je le trouve accrocheur et à ma plus grande surprise, on a droit à la montée en puissance d’une indéniable tension que couronne un coup de théâtre bien vu, peu prévisible même s’il ménage un happy-end en demi-teinte… Je sais que la fin a beaucoup divisé le public en disant que c’est irréaliste mais je trouve que c’est l’inverse à mes yeux.  Le film alterne des moments quasi-documentaires et des moments très cinématographiques avec ses scènes très rythmées et sous tension soulignant l’aspect impitoyable du concours.Néanmoins, le film s’intéresse beaucoup à l’amitié et à l’entre-aide, deux éléments assez rare en première année et c’est là où il marque des points, sur l’aspect humain des personnages. Le final est une belle preuve d’humanité et redonne espoir en beaucoup de choses.

Pour conclure, « Première année » est une comédie dramatique pertinente, drôle et surtout intelligente dans son propos, porté par un formidable duo de jeunes comédiens.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s