Love, Simon

On mérite tous une première grande histoire d’amour. Pourtant pour le jeune Simon (Nick Robinson), c’est compliqué. Il a une vie normale, dans une famille qu’il adore, et est entouré d’amis extraordinaires, mais il garde pour lui un grand secret : personne ne sait qu’il est gay et il ne connaît pas l’identité de son premier coup de coeur, avec qui il communique en ligne. Alors que son secret est menacé d’être révélé, la vie de Simon bascule dans une aventure aussi drôle que bouleversante… Ses amis prendront alors une place essentielle pour l’aider à changer sa vie et découvrir le premier amour.

0369953.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Il y a 10 jours, j’ai commencé à lire le livre de Becky Albertalli, dont j’ai beaucoup apprécié donc j’avais hâte de voir son adaptation cinématographique.

On ne va pas se mentir, ce film a des défauts, bien sûr, mais il a des qualités. En premier lieu, c’est réel et vraisemblable ; loin des représentations parfois caricaturales parfois présentées au cinéma, ce film montre l’histoire de gays ordinaires, ni homophobes ni militants. Tout d’abord, je trouve que le film est juste et montre les réalités du quotidien des adolescents qui découvrent ce genre de questions, les discussions par lettres, l’attente, l’excitation, l’imagination survoltée, les déceptions et les peines. Les premières ouvertures aux autres, les réactions. L’histoire d’amour qui se lie n’est d’ailleurs pas vraiment le point le plus important du film et les scénaristes l’ont bien compris en accentuant davantage tout ce qui touche à la découverte de soi et à la vision de la société.

0473662.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Concernant le choix des acteurs, globalement, je suis satisfait : le jeune Nick Robinson, révélé dans le premier « Jurassic World » s’impose rapidement comme la véritable star de ce film, avec une partition maîtrisée à la perfection, le jeune acteur réussit à nous emmener dans son voyage et à nous faire ressentir ses incertitudes, sa difficulté, se comprendre.. On retrouve également les stars de la série Netflix « Thirteen reasons why » : Katherine Langford et Miles Heizer, qui se retrouvent dans ce film et s’en sortent assez bien même si je regrette que le personnage de Leah, incarné par Langford, soit assez transparente… Un de mes regrets est la performance de Jennifer Garner que je trouve assez décevante car son rôle ne reflète pas à la hauteur de son talent. Au contraire, j’ai vraiment été agréablement surpris par Josh Duhamel qui est impeccable dans le rôle du père.

La réalisation de Greg Berlanti est de grande qualité mais sans idées originales et c’est un peu ça qu’il manque dans le film., il n’y a que certains instants où on a du mal à comprendre les choix faits mais dans l’ensemble on est emmené avec fluidité à travers toutes les scènes du long-métrage mais je regrette que le film soit assez téléphoné au fur et à mesure, et que les clichés s’accumulent… Mais soyons honnête, ne boudons pas notre plaisir puisqu’on sait que dès qu’on entre dans la salle de cinéma, nous savons très bien ce que nous allons voir.

Pour conclure, « Love, Simon » est un bon teen movie mettant en scène pour la première fois un personnage homosexuel. A voir !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14,5/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s