Lord of War

Né en Ukraine avant l’effondrement du bloc soviétique, Yuri (Nicolas Cage) arrive aux États-Unis avec ses parents. Il se fait passer pour un émigrant juif… Audacieux et fin négociateur, il se fait une place dans le trafic d’armes. Les énormes sommes d’argent qu’il gagne lui permettent ainsi de conquérir celle qui l’a toujours fasciné, la belle Ava (Bridget Moynahan). Parallèlement à cette vie de mari et de père idéal, Yuri devient l’un des plus gros vendeurs d’armes clandestins du monde. Utilisant ses relations à l’Est, il multiplie les coups toujours plus risqués, mais parvient chaque fois à échapper à Jack Valentine (Ethan Hawke), l’agent d’Interpol qui le pourchasse. Des luxueux immeubles new-yorkais au palais des dictateurs africains, Yuri joue de plus en plus gros. Convaincu de sa chance, il poursuit sa double vie explosive, jusqu’à ce que le destin et sa conscience le rattrapent…

20321040.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le réalisateur Andrew Niccol avait fait sensation avec son premier film, « Bienvenue à Gattaca » et « Simone », deux excellents films de science-fiction, et avait une sérieuse réputation. Pour son troisième long-métrage, il abandonne le thème de la science-fiction pour s’intéresser à un sujet aussi brûlant que difficilement appréhendable, celui du trafic d’armes.

Avec cette scène d’introduction en plan-séquence et ce générique d’ouverture inoubliable, ce film donne tout de suite le ton : c’est une oeuvre violente, sombre, pessimiste mais d’une cruelle vérité. C’est également une comédie noire et satirique qui emploie une sourche tordue d’humour macabre pour communiquer un outrage moral sincère. L’originalité se remarque déjà par son scénario, mettant en scène un homme complètement immoral, en ne se rejettant jamais la faute. La mise en scène est aussi originale que parfaite, comme dans Bienvenue à Gattacca, utilisant des symboles surréalistes qui amènent à rire dans certains plans. On appelle ça de la très bonne satire. Le film arrive à fonctionner parfaitement tout en étant à la fois dénonciateur et léger, tendu et amusant. Un exemple de dosage, tant tous ces genres se mêlent parfaitement au contexte du film.

20321034.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Nicolas Cage enchaîne les séquences virtuoses et l’acteur est magistral et trouve un de ses meilleurs rôles au cinéma. Ethan Hawke est parfait dans le rôle de l’agent d’Interpol qui traque sans relâche Yuri. De son côté, Jared Leto est émouvant.

Ce film bouscule nos consciences et interpelle chacun d’entre nous sur sa capacité d’empathie envers des personnages méprisables, mais qui disent tout haut ce qui se trame en douce dans toutes nos démocraties. Ainsi, le cinéaste n’hésite pas à démontrer que l’industrie de l’armement et de la mort est un pan non négligeable de l’économie mondiale, que tout ceci est déclaré illégal alors que les gouvernements pratiquent tous cette activité.

Pour conclure, « Lord of War » est un film très réussi sur un sujet traité avec brio, avec une ambiance parfaitement retranscrite sans aucun temps mort, et porté par un Nicolas Cage grandiose.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s