Wild

Après plusieurs années d’errance, d’addiction et l’échec de son couple, Cheryl Strayed (Reese Witherspoon) prend une décision radicale : elle tourne le dos à son passé et, sans aucune expérience, se lance dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres, à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue (Laura Dern)… Cheryl va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force. Une femme qui essaye de se reconstruire décide de faire une longue randonnée sur la côte ouest des Etats-Unis.

054086.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Reese Witherspoon a monté sa société de production, Pacific Standard, en 2012, et a lu le livre de Cheryl Strayed et a décidé de l’adapter et pour cela, elle a fait appel au réalisateur Jean-Marc Vallée pour le réaliser.

Ce film rappelle forcément le film de Sean Penn, « Into the Wild », mais le film de Vallée est bien plus qu’une version féminine d’Into the Wild. Avant de voir ce film, j’avais eu beaucoup d’appréhensions et j’ai eu assez peur que l’ennui pointe son nez au début mais l’empathie pour cette femme qui entame ce voyage de 1600 km est très présente et nous prend vraiment aux tripes ! Il s’agit du Pacific Crest Trail (PCT), le sentier de randonnée le plus difficile et sauvage d’Amérique. Durant son parcours long et douloureux, Cheryl repense à son passé et à ce qui l’a amené ici. Les retours en arrière permettent au spectateur de découvrir au fur et à mesure ce qui a provoqué cette décision. Les premiers flash-back dévoilent des personnages et des événements du passé de Cheryl comme des indices éparpillés. Par la suite les retours en arrière deviennent des vraies séquences. On y découvre la descente aux enfers de Cheryl suite à une tragédie qui l’a beaucoup traumatisée… Les scènes de marches sont assez saisissantes et on retient le souffle, on souffre avec elle.

481547.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Dans le rôle titre, le choix du réalisateur de Reese Witherspoon est tout à fait justifié : la comédienne est sensationnelle ! Elle signe plus qu’un vrai retour au premier plan, neuf ans après son excellente prestation en June Carter dans « Walk the Line ». Je trouve que le travail du réalisateur par rapport au corps de l’actrice est particulièrement intéressant puisqu’il dévoile la nudité de la jeune femme qu’il filme de manière magistrale. Sa caméra descend le long du corps nu de l’actrice, dévoilant sa nuque, son dos puis ses fesses. Le spectateur reste hypnotisé par les marques qui recouvrent sa peau. Pour incarner sa mère, Laura Dern est toujours excellente et très juste !

Au niveau de la réalisation, Jean-Marc Vallée n’offre rien de nouveau ou d’exceptionnel, mais on voit qu’il filme la traversée de la randonneuse avec intérêt. A vrai dire, le but de la mise en scène ici, c’était de suivre Cheryl durant sa traversée de l’Amérique de l’Ouest à travers plusieurs paysages, et le réalisateur offre plusieurs plans agréables à regarder qui donnent envie d’aller randonner en pleine nature, que ce soit en forêt, dans les hautes montagnes. La principale force du film vient de son ambiance générale attrayante mais certains flash-backs tournent en rond et que le manque de surprise est à regretter…

Pour conclure, « Wild » est un drame saisissant, manquant d’audace mais il offre un rôle en or à Reese Witherspoon, magistrale dans son rôle !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s