Quantum Of Solace

Même s’il lutte pour ne pas faire de sa dernière mission une affaire personnelle, James Bond (Daniel Craig) est décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper (Eva Green) à le trahir. En interrogeant Mr White (Jesper Christensen), 007 et M (Judi Dench) apprennent que l’organisation à laquelle il appartient est bien plus complexe et dangereuse que tout ce qu’ils avaient imaginé… Bond croise alors la route de la belle et pugnace Camille (Olga Kurylenko), qui cherche à se venger elle aussi. Elle le conduit sur la piste de Dominic Greene (Mathieu Amalric), un homme d’affaires impitoyable et un des piliers de la mystérieuse organisation. Au cours d’une mission qui l’entraîne en Autriche, en Italie et en Amérique du Sud, Bond découvre que Greene manoeuvre pour prendre le contrôle de l’une des ressources naturelles les plus importantes au monde en utilisant la puissance de l’organisation et en manipulant la CIA et le gouvernement britannique… Pris dans un labyrinthe de traîtrises et de meurtres, alors qu’il s’approche du vrai responsable de la trahison de Vesper, 007 doit absolument garder de l’avance sur la CIA, les terroristes et même sur M, afin de déjouer le sinistre plan de Greene et stopper l’organisation…

18980254.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Après un des épisodes les plus mémorables grâce à Martin Campbell qui réalisait le 21ème opus intitulé Casino Royale (2006), c’était avec une très grande impatience que nous attendions le chapitre suivant, étrangement intitulé Quantum Of Solace et en regardant le film, je me suis dit que c’est une énorme déception…

Ce film débute exactement une heure après le précédent opus, et dès les premières images, on sait que ça va être une catastrophe et on n’est pas déçus… Du point de vue des scènes d’action, on va pas se mentir : C’est de la pure castagne et c’est très nerveux jusqu’à en être presque jubilatoire ; dommage que la caméra ne suive pas et finisse par gaver le spectateur. Le film sent le bâclé… La durée du film, à peine plus d’une heure et demi, montre les lacunes d’un scénario manquant de travail en profondeur. Pas déplaisant pour autant, le scénario reste un film d’action lambda peu inspiré, à défaut d’être un James Bond clinquant et prenant.

18980252.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le casting du film n’est pas la cause de cet échec puisqu’on retrouve un Daniel Craig dans la peau de James Bond pour la deuxième fois. Plus droit, plus à l’aise, on sent qu’il a compris toute l’importance de son rôle et il semble habité par la même rage de vengeance que son personnage. Olga Kurylenko est plutôt convaincante et ravissante dans la peau de la James Bond Girl. L’énorme déception vient du bad guy, incarné par Mathieu Amalric, qui n’arrive pas à insuffler un côté sombre ni même menaçant à son personnage. Ca me désole de dire ça mais il est complètement à côté de la plaque tandis que Gemma Aterton apporte un peu de sensualité à son personnage.

Le film déçoit également dans sa mise en scène brouillonne et saccadée. L’histoire est alambiquée, tortueuse, elle se passe dans le monde entier, les ellipses sont énormes, et au bout du compte l’impression est que ca sonne creux. Il reste en effet trop en surface, mélange beaucoup trop de chose pour pouvoir réellement creuser son intrigue… C’est dommage…

Pour conclure, « Quantum Of Solace » est un opus vraiment creux, raté à cause des nombreux problèmes du film. Très décevant !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 7/20

Bande-annonce :

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s