Dans la brume électrique

New Iberia, Louisiane. Le détective Dave Robicheaux (Tommy Lee Jones) est sur les traces d’un tueur en série qui attaque à de très jeunes femmes. De retour chez lui après une investigation sur la scène d’un nouveau crime infâme, Dave fait la rencontre d’Elrod Sykes (Peter Sarsgaard). La grande star hollywoodienne est venue en Louisiane tourner un film, produit avec le soutien de la fine fleur du crime local, Baby Feet Balboni (John Goodman). Elrod raconte à Dave qu’il a vu, gisant dans un marais, le corps décomposé d’un homme noir enchaîné. Cette découverte fait rapidement resurgir des souvenirs du passé de Dave. Mais à mesure que Dave se rapproche du meurtrier, le meurtrier se rapproche de la famille de Dave…

115031.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Depuis ses débuts, le réalisateur français Bertrand Tavernier n’a jamais caché sa fascination pour le cinéma américain. Lorsqu’un producteur lui propose de réaliser sa première oeuvre de fiction avec un casting américain, le cinéaste n’a pas hésité à dire oui, d’autant qu’il s’agit de signer une adaptation d’un roman de James Lee Burke, un de ses auteurs préférés, dont il connaît bien la Louisiane puisqu’il a tourné son documentaire en 1983, Mississippi Blues.

Avec ce film, Tavernier nous livre un polar où l’on suit un inspecteur qui patine dans une enquête sur un tueur en série et voit en même temps son passé ressurgir. La force du film, c’est l’atmosphère qu’il dégage, sombre dans une Louisiane. Le scénario est brillant, bien écrit tout comme les personnages et les dialogues. Bien que le polar sert de moteur à l’intrigue, la partie policière n’en est pas le coeur puisque le film préfère se centrer sur la psychologie du personnage principal, qui est très intéressant. Le rythme lent est superbe, on ne s’ennuie pas une seconde et on est captivé par ce film tandis que la mise en scène est soignée et épouse plus que convenablement la dimension surréaliste et langoureuse du film.

3156787.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le jeu de comédiens est soigné avec notamment Tommy Lee Jones qui nous épate par son naturel et sa crédibilité. Il apporte plus de sobriété et de crédibilité à son interprétation de policier torturé par ses vieux démons. A ses côtés, John Goodman est toujours à l’aise dans ses rôles et le comédien est toujours excellent !

C’est un très bon polar qui ne sombre jamais dans la caricature ni dans les effets faciles et nourri d’une ambiance musicale dépaysante. C’est un film, qui tour à tour dérange, étonne, questionne les spectateurs sur nos vieux démons. Le film est très agréable à suivre, et surtout il baigne dans cette envoûtante atmosphère propre à la Louisiane. Quand au suspense, il se distille petit à petit et on sort du film en ayant l’impression de sortir doucement de la brume…

Pour conclure, « Dans la brume électrique » est un film brillant qui trouble et hypnotise le spectateur et c’est une belle réflexion sur la violence et la haine raciale qui traversent les siècles et restent présentes dans le sud des États-Unis.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 15,5/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s