Gueule d’ange

Une jeune femme (Marion Cotillard) vit seule avec sa fille de huit ans (Ayline Aksoy-Etaix). Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.

2254834.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Au Festival de Cannes, il existe des sections dérivées, dont « Un certain regard » qui met en perspective un cinéma plus audacieux et original que celui de la sélection officielle, et des cinéastes peu connus sont récompensés. Ce premier film de la réalisatrice Vanessa Filho, a sa place dans cette sélection puisque c’est un film qui a secoué les critiques et les festivaliers.

Ce premier film m’a noué la gorge par sa qualité de la réalisation de Vanessa Filho et pour son sujet vraiment dur, mais hélas, malheureusement actuel dans notre société… Chaque scène baigne dans un océan d’étincelles, la caméra se place à hauteur de l’enfant, comme une manière de capter l’émerveillement et une certaine beauté dans le chaos qu’offrent le monde et la société. Le film pose également des questions essentielles telles : « Se souvient-on de son regard d’enfant lorsqu’on est devenu un adulte ? Se souvient-on de la façon dont on voyait le monde, les autres, ses parents, ses proches, ses éducateurs, son environnement ?« .

5783041.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Marion Cotillard prouve qu’elle est une immense actrice et avec ce film, elle nous offre une nouvelle palette de son jeu et brille dans le le pathétique de son personnage : à contre-courant, elle est constamment sur le fil entre surjeu et justesse, entre excès et sincérité, fan de télé-réalité. La révélation de ce film est sans aucun doute la petite Ayline Aksoy-Etaix qui a une présence époustouflante et compose d’un registre assez ambigu : au-delà de la froideur, elle communique par ce regard évocateur, regard désespéré et émerveillé par la vie. De son côté, Alban Lenoir se révèle très convaincant dans son rôle qui prendra la petite sous son aile.

Même si le film a beaucoup de qualités, je souligne les faiblesses du long-métrage, à savoir que la caméra se pose sur les visages avec un peu trop de  » pression  » avec des plans un peu trop serrés à la recherche de l’émotion, ce qui n’est pas toujours bien rendu. Quelques scènes sont assez maladroites et le scénario manque d’explorer de manière plus approfondie le rapport de cette mère à sa fille mais pour un premier film, le résultat est assez réussi dans l’ensemble.

Pour conclure, « Gueule d’ange » est un premier film assez maîtrisé et saisissant par son sujet malgré quelques maladresses.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14,5/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s