Everybody knows

A l’occasion du mariage de sa soeur, Laura (Penélope Cruz) revient avec ses enfants dans son village natal au coeur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

5911279.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le 71ème Festival de Cannes s’est ouvert mardi soir sous le signe de la beauté et s’est clôturée avec la projection du nouveau film du grand cinéaste iranien Asghar Farhadi, grand habitué de Cannes avec un couple glamour comme à la vie et à l’écran.

Tout d’abord, je pense vraiment pas que le réalisateur ait voulu faire un thriller mais plutôt un drame sur les relations entre les personnages. C’est une histoire saisissante qui vous tient en suspens jusqu’à la fin ; d’autant plus que la mise en scène est tellement immersive qu’on se croirait être avec tous ces protagonistes. Si l’intrigue du film est moins complexe que les précédents longs-métrages du cinéaste, elle y gagne en émotion, faisant peser tous les non-dits avec brio. On retrouve un côté étouffant dans ce thriller en vase-clos, centré sur le drame et non le circonstanciel, comme dans d’autres oeuvres de Farhadi. Concernant l’écriture des protagonistes, ce film conviendra à ceux qui préfèrent les histoires qui évitent le manichéisme. Les agissements, comportements et réflexions des personnages sont correctement justifiés et amenés. De plus, l’ambiguïté est maintenue le plus longtemps possible. Dans ce long métrage, il est notamment question de la comédie humaine. Derrière la façade des fêtes de mariages heureuses où tout le monde s’efforce de s’entendre, on découvre les habituelles rancœurs, rancunes, jalousies. Le sujet n’est pas neuf mais dans le cas présent le traitement et le déroulement m’ont intéressé.

5004384.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

La présence de Penélope Cruz est l’un des atouts de ce film et l’actrice s’en sort à merveille et il s’agit du rôle le plus difficile de sa carrière tant elle arrive à nous faire passer sa détresse suite à la disparition de sa fille. Javier Bardem est vraiment magistral et impose une vraie présence à l’écran tandis que Ricardo Darin nous livre une très bonne performance.

La seule petite chose que je reprocherais à ce film est le fait qu’on passe un peu trop de temps sur les états d’âme de certains personnages et je dois vous avouer que la fin est assez brutale et m’a laissé un peu bouche bée dans le mauvais sens du terme. Cependant, je trouve que c’est une excellente idée de la part de Thierry Frémaux d’avoir sélectionné ce film en ouverture du Festival de Cannes.

Pour conclure, « Everybody Knows » est un film déroutant, palpitant et complexe qui dévoile en finesse la véritable identité des protagonistes, servi par un duo d’acteurs irréprochable.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s