Persepolis

Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l’avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les événements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah. Avec l’instauration de la République islamique débute le temps des « commissaires de la révolution » qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.
Bientôt, la guerre contre l’Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.

18761637.gif-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Adaptation à l’écran de l’oeuvre de Marjane Satrapi, la cinéaste raconte son enfance, son adolescence et sa vie de jeune adulte. Le film est construit sur des flash-back, pas dans l’ordre chronologique de la vie de Marjane. Pour ma part, j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce bijou tant le film dépasse le statut de l’autobiographie, c’est surtout une histoire d’un pays et d’une société vus par une enfant de 10 ans. C’est cela qui rend l’oeuvre audacieuse et originale.

Tout d’abord, c’est une plongée passionnante dans l’Iran des années 80 jusqu’au début des années 2000 à travers les yeux de la cinéaste et personnage principal, Marjane Satrapi. J’ai véritablement été plongé dans le film grâce à une narration concise ainsi qu’un rythme soutenu, effectuant un parfait mélange entre l’intimité, le parcours initiatique et la fresque nationale. La qualité des dessins avec une animation en « trait de crayon » se prête au propos et le film aborde la juste distante avec son sujet sans tomber dans le mélodrame. Les dialogues sont bien écrits, avec un français sans vulgarité, alors même qu’un vocabulaire peu châtié est largement employé. Le premiers tiers du film est magnifique, où le spectateur découvre le magnifique personnage principal, surtout sa relation avec son oncle Anouche.

18761639.gif-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le doublage des personnages est extrêmement réussi : en passant par Chiara MastroianniCatherine DeneuveSimon Abkarian mais je retiens particulièrement le doublage de la très grande et regrettée Danielle Darrieux qui a ton juste et semble en adéquation parfaite et idéale avec son personnage.

Comme je l’ai évoqué, l’animation en noir et blanc apporte beaucoup de charisme au personnage et aux événements qui contrebalancent la dureté de l’histoire se déroulant pendant la révolution iranienne. L’humour n’est pas non plus oubliée grâce aux dialogues particulièrement savoureux et des scènes cocasses. Ce n’est pas étonnant que le film a remporté le Prix du Jury au Festival de Cannes 2007 et qui a représenté la France pour l’Oscar du meilleur film étranger et remportant le César du meilleur film d’animation en 2008. C’est un film qui doit être montré aux lycéens !

Pour conclure, « Persepolis » est un chef-d’oeuvre unique dans son genre, dans son propos, dans la sincérité et la pertinence de sa forme. Une perle cinématographique !

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

Bande-annonce :

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s