Harvey Milk

Dans les années 70, Harvey Milk (Sean Penn) fut le premier homme politique américain ouvertement gay à être élu dans des fonctions officielles, à San Francisco en Californie. Son combat pour la tolérance et l’intégration des communautés homosexuelles lui coûta la vie. Son action a changé les mentalités, et son engagement a changé l’histoire.

19023214.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Sorti dans tous les États américains le 26 novembre 2008, la veille du trentième anniversaire de l’assassinat du maire George Moscone et de Harvey Milk, ce film ne laisse personne insensible.

C’est un film avec une intensité rare, la réalisation est excellente et possède un bon graphisme des années 70. Il s’agit d’une période compliquée puisque la décennie précédente a vu l’émergence du combat contre les inégalités raciales. Ici, il s’agit des droits des homosexuels qui est à l’honneur. Le long-métrage mélange habillement ces propres images avec des images d’archives. L’esprit pervers du bigotisme anti-gay (qui malheureusement existe encore, sous des formes différentes) est là, terrible, montré dans toute sa froideur et sa bêtise. Le sujet reste certes centré sur l’activisme politique gay mais on nous partager également la vie intime du militant. Il n’était pas parfait : c’est d’abord un businessman qui s’est engagé tardivement, sa soif de a pu l’aveugler et il doutait aussi; toutefois, son optimiste entrain rétif à tout compromis malhonnête a fait de lui un visionnaire. Même si l’homo-racisme persiste, que la prévention des MST est devenu un autre combat et qu’il reste du chemin à parcourir, on se rend compte à quel point les conditions ont tout de même radicalement changé depuis les années 1970.

19023217.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Sean Penn, qui mérite l’Oscar 2009 du meilleur acteur, révèle de manière époustouflante un personnage fascinant pas facile à incarner. Les autres acteurs tiennent la mesure, notamment Josh Brolin, remarquable et très crédible dans le rôle du superviseur Dan White. De son côté, James Franco est excellent dans le rôle du petit ami de Milk.

Hormis l’aspect politique et social du biopic parfaitement mis en scène, avec beaucoup de justesse, la vie de Milk s’insère d’une manière extrêmement naturelle dans l’histoire sans jamais perdre le moindre rythme scénaristique. Le film reste accessible à tous, s’applique en toute circonstance à ne jamais plonger dans le superflu.  Le film est par moment traversé par de purs moments d’émotions dont la fin qui est terrible dont je n’ai pas réussi à retenir mes larmes.

Pour conclure, « Harvey Milk » est un très bon biopic qui ne laissera personne indifférent. C’est une hymne à la tolérance, servi par un Sean Penn hallucinant !

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

9/10

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s