Boulevard de la mort

C’est à la tombée du jour que Jungle Julia, la DJ la plus sexy d’Austin, peut enfin se détendre avec ses meilleures copines, Shanna et Arlene. Ce trio infernal, qui vit la nuit, attire les regards dans tous les bars et dancings du Texas. Mais l’attention dont ces trois jeunes femmes sont l’objet n’est pas forcément innocente. C’est ainsi que Mike (Kurt Russell), cascadeur au visage balafré et inquiétant, est sur leurs traces, tapi dans sa voiture indestructible. Tandis que Julia et ses copines sirotent leur bières, Mike fait vrombir le moteur de son bolide menaçant…

18755078.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Passé à peu près inaperçu lors de nos salles françaises, « Boulevard de la mort » est un petit OVNI Grindhouse, premier épisode d’un dyptique très trash rassemblant le génie Quentin Tarentino et Robert Rodriguez. Amis à la vie comme à l’écran, les deux acolytes se sont lancés dans ce projet dans un simple et unique but de s’éclater et en rendant hommage aux vieux films de zombie qu’ils regardaient.

Le résultat est un spectacle aussi amusant que déconcertant… et pas du tout familial ! Pour commencer, tout le monde avoue que le scénario est d’une simplicité, et Tarantino s’amuse quasiment à couper en deux le film pour nous conter deux histoires différentes avec pour trait commun : un cascadeur psychopathe. Sa mise en scène est une réussite ; partir d’une idée très basique et en faire un film explosif n’a pas été facile. Comme d’habitude, dans chaque long-métrage de Tarantino, les dialogues sont extrêmement bien écrits et très savoureux et c’est toujours le cas pour ce film-là. De plus, j’ai beaucoup apprécié que les personnages féminins sont bien loin des stéréotypes féminins que le cinéma nous offre habituellement. Certaines scènes sont d’anthologies.

18759760.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le casting est parfait avec un Kurt Russell en pleine forme, rarement drôle. Il crève littéralement l’écran ! Il est accompagné par d’excellentes actrices que sont Rose McGowan, Rosario Dawson ou encore la jolie Mary Elizabeth Winstead.

La seconde partie est également excellente et la course poursuite finale est jouissive et culte. Les scènes d’actions et cascades sont ultra-jouissives et on sursaute de plaisir de notre fauteuil. Chaque seconde de film délivre son petit détail et vous fait savoir que vous regardez un Tarantino, version Grindhouse. La simplicité du scénario mariée à la finesse et à l’efficacité de sa mise en scène en fait un film hors limites.

Pour conclure, « Boulevard de la mort » est un film jubilatoire et profondément malsain, qui réussit à nous interpeller grâce à son scénario simple mais efficace et ses acteurs.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

9/10

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s