Les Fils de l’homme

Dans une société futuriste où les êtres humains ne parviennent plus à se reproduire, l’annonce de la mort de la plus jeune personne, âgée de 18 ans, met la population en émoi. Au même moment, une femme tombe enceinte – un fait qui ne s’est pas produit depuis une vingtaine d’années – et devient par la même occasion la personne la plus enviée et la plus recherchée de la Terre. Un homme (Clive Owen) est chargé de sa protection…

18670929.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Au cinéma, chaque dix ans sort un grand film d’anticipation. Les années 80 ont eu « Blade Runner », les années 90 « Bienvenue à Gattaca » et les années 2000 ont « Les Fils de l’homme » du réalisateur mexicain très talentueux Alfonso Cuaron.

C’est un film qui m’a laissé bouche bée durant 1h50 et qui restera dans ma mémoire pendant longtemps. Ce film visionnaire est d’une grande originalité pose une question très effrayante : « Et si l’Homme ne parvenait plus à se reproduire ?« . C’est sur cette base que le film commence ; cela fait 18 ans que plus aucun bébé n’est né et la plus jeune personne sur Terre vient de mourir. La population est en deuil tandis que le monde sombre petit à petit dans le chaos. La première partie de ce long-métrage décrit un monde régi par le chaos, la guerre, les attentats terroristes et une société désormais sous l’égide de la police, de l’armée et de la dictature. L’Humanité se meurt et est devenu étrangement infertile… Ce film se situe entre le film d’auteur et le blockbuster avec d’impressionnants décors du Londres de 2027 et des scènes d’actions ahurissantes.

18674401.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Clive Owen est remarquable dans son rôle et son personnage prouve que l’espoir est la motivation la plus puissante de l’homme. A ses côtés, le reste du casting n’est pas en reste et on retrouve des valeurs sûres du cinéma international ; à savoir la magnétique Julianne Moore, le grand Michael Caine qui est épatant dans son rôle et l’excellent Chiwetel Ejiofor. Mais la révélation de ce film est Claire-Hope Ashitey qui livre une prestation éblouissante de sincérité et d’humanité.

Alfonso Cuaron confirme son immense talent de cinéaste et un maestro de mise en scène puisqu’il entrecoupe son film de plusieurs plans séquences dont l’un d’entre eux est tout simplement incroyable d’ingéniosité : cette scène d’un tel réalisme se produit lors d’une course-poursuite haletante et effrénée, qui se soldera par la mort inimaginable de l’un des protagonistes principaux.  La trame scénaristique est excellente et superbement écrite, offrant des personnages attachants et permettant d’explorer des décors ahurissants de réalisme. La réalisation dépasse toute espérance tant elle est impeccable, les mouvements de caméra, les décors, le montage, etc., tout est réussi !!

Pour conclure, « Les Fils de l’homme » est un film hallucinant parfois émouvant, parfois violent mais d’un réalisme stupéfiant et permet de remettre en question l’humanité toute entière.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

10/10

Bande-annonce :

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s