Le Parfum : histoire d’un meurtrier

Jean-Baptiste Grenouille (Ben Whishaw) naît en 1744. Enfant solitaire, malade, il devient un jeune homme à part grâce à un don unique : son odorat.
Grenouille n’a pas d’autre passion que celle des odeurs, et chaque seconde de sa vie est guidée par ce sens surdéveloppé. Survivant misérablement, il parvient à se faire embaucher comme apprenti chez les maîtres parfumeurs de la capitale. Il découvre alors les techniques et les secrets de la fabrication des parfums. Son don lui permet de composer quelques chefs-d’oeuvre olfactifs, mais son but ultime devient rapidement la mise au point de la fragrance idéale, celle qui lui permettrait de séduire instantanément tous ceux qui croiseraient son sillage. Dans sa recherche d’ingrédients, Grenouille est irrésistiblement attiré par le parfum naturel des jeunes filles. Il va aller jusqu’à en tuer beaucoup pour leur voler leur odeur…

18653472.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Adapter un roman n’est pas un exercice facile puisque chaque réalisateur se demande s’il sera à la hauteur des espérances du public. Un bon nombre de grand réalisateur ont voulu s’attaquer à l’adaptation cinématographique du roman de Süskind sans succès, et c’est finalement le cinéaste Tom Tykwer qui a mis en scène ce film. Au premiers abords, le film a été décrié par beaucoup (notamment par la presse) comme mauvaise ou piètre adaptation du roman, mais il faut tout de même se rendre compte de la difficulté d’adapter une œuvre comme celle-ci.

C’est un très bon film qui m’a plongé dans une ambiance mystérieuse du Moyen Âge, avec quelques scènes assez dérangeantes et troublantes. En effet, elles sont tournées avec un tel « romantisme » qu’elles perdent leur côté choquant mais tout en restant troublant. Cette histoire est terrible : un homme va avoir deux obsessions ; prendre sa revanche sociale et trouver l’amour des autres, il mettra tout son savoir-faire, son don et ses compétences, pour concocter un parfum aux vertus aphrodisiaques. Certes, il va tuer mais avec une subtilité qui lui est propre et qui ne laisse pas de place à la cruauté et l’effusion de sang. Cet homme est un génie qui n’est malheureusement pas reconnu et qu’on exploite et laisse dans la misère en raison de ces origines sociales. Seul lui, sait qu’il est doué, qu’il a quelque chose que les autres n’ont pas, et il va le démontrer de la manière la plus obscure tout en conservant son style, subtil et délicat.

18872811.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Les acteurs sont tous extraordinaires ; que ce soit Ben WhishawAlan RickmanDustin Hoffman et Rachel Hurd-Wood : mention spéciale à Whishaw qui est extrêmement fascinant dans sa manière et ses gestes, il est totalement habité par son personnage.

Pour ma part, j’ai trouvé le rendu visuel impressionnant, notamment le Paris du XVIII siècle qui est tout bonnement incroyablement réussi, la saleté et la puanteur de la ville à cet époque est magistralement mis en scène. L’immersion dans l’univers de la parfumerie est aussi très instructif : on découvre le métier dans ses aspects techniques et lyriques.

Je trouve que la fin du film est très étrange puisqu’elle propose un ton déstabilisant, nous faisant hésiter l’espace d’un instant entre rêve et réalité.

Pour conclure, « Le Parfum : histoire d’un meurtrier » est un grand film très ambitieux, qui m’a marqué par la beauté de sa mise en scène.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

9/10

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s