L’Orphelinat

Laura (Belen Rueda) a passé son enfance dans un orphelinat entourée d’autres enfants qu’elle aimait comme ses frères et soeurs. Adulte, elle retourne sur les lieux avec son mari et son fils de sept ans, Simon, avec l’intention de restaurer la vieille maison. La demeure réveille l’imagination de Simon, qui commence à se livrer à d’étranges jeux avec « ses amis »… Troublée, Laura se laisse alors aspirer dans l’univers de Simon, convaincue qu’un mystère longtemps refoulé est tapi dans l’orphelinat…

18869636.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est un premier film extrêmement réussi, digne de l’excellent « Les Autres » que le réalisateur espagnol Juan Antonio Bayona nous livre. Produit par Guillermo del Toro« L’Orphelinat » est le plus grand succès en salles dans son pays d’origine. Cela confirme la vigueur du cinéma fantastique espagnol.

Ce film est une sorte de drame fantastique, avec peu d’effets gore, ce long-métrage joue beaucoup sur la suggestion et le mystère. Le scénario est vraiment très bien écrit et extrêmement efficace puisque le concept est assez simple à mettre avec beaucoup de talent : le suspense fantastique. Dès le départ, le film m’a plongé dans une ambiance étrange avec des enfants qui sont en train de jouer ensemble dans le fameux orphelinat, et un filmage qui donne l’impression qu’ils sont épiés. Un des premiers intérêts (scénaristiques) du film est le jeu qui est mis à l’intérieur du film. A savoir que Simon déclare à sa mère qu’il joue à un jeu avec ses amis qui consiste à deviner un objet qui doit mener à un lieu, lequel contient un autre objet et ainsi de suite. Le côté ludique permettra dans le film de percer le mystère qui entoure ce lieu. Le réalisateur sait insuffler une tension palpable, un suspense solide et une émotion dans cette histoire. Je trouve également que le film est poétique et assez mélancolique et le résultat se conclue sur un retournement de situation remarquable et inattendu qui n’est révélé vraiment que dans les toutes dernières minutes.

18772142.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le casting est d’abord très réussi. Des acteurs espagnols que je ne connaissais pas livrent des prestations brillantes et offre un spectacle à l’écran absolument remarquable. Ils jouent justes, ils font passer des émotions, et bien entendu c’est Belen Rueda, en actrice principale, qui mène la danse avec une prestation impressionnante, tout en finesse et en justesse. Les seconds rôles sont également réussis.

Visuellement, le film est remarquable. La réalisation est mémorable avec des effets de style bien travaillés, la photographie est assez sublime avec des éclairages sublimes, des effets obscurs maîtrisés et une ambiance vraiment envoûtante. En effet, le réalisateur joue parfaitement sur les espaces de la maison et les cadrages sont très bien faits, que ce soit de simples claquements de portes, des voix qui semblent venir de nulle part ou encore une grotte très sombre sont suffisants à porter une ambiance. De plus, l’apparition de personnages tels que le garçon avec une cagoule sur la tête, ajoute un côté mystérieux à ce long-métrage.

Le film n’est pas du tout porté sur l’horreur, aussi il vaudra mieux passer son chemin de ce coté là. Malgré tout il est très sombre, très grave, aussi il ne faut pas s’attendre à rire. La violence n’est pas graphique, mais elle est très prégnante par des chemins de traverse.

Pour conclure, « L’Orphelinat » est un bijou de poésie qui allie avec brio le drame familial et le fantastique. Efficace et passionnant !

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

9/10

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s